Chroniques de la Science-fiction du 9 janvier 2023

Chroniques de la Science-Fiction #2023-01-09 (2022)

Numéro précédent <> Numéro suivant.

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 68 pages A5 couleurs.

Ici bientôt l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2022

Sorti le 8 janvier 2023 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Au sommaire, l'actualité de la semaine du 9 janvier 2023, plus les critiques de Les sorcières de Mayfair = The Witches Of Mayfair 2023, The Rig 2023, Copenhagen Cowboy 2023, Le roi-cerf 2021 = The Deer King, Vesper Chronicles 2022, The Man Who Fell To Earth 2022, Le lien maléfique 1990 = The Witching Hour.

***

Mayfair Witches, la série télévisée de 2023Feu orange télévision

Mayfair Witches (2023)
Traduction: les sorcières de Mayfair (la fête de Mai)

Une saison de huit épisodes.

Diffusé à partir du 8 janvier 2023 sur AMC US.

De Michelle Ashford et Esta Spalding, d’après le Lien Maléfique 1990 (The Witching Hour) de Anne Rice, avec Alexandra Daddario, Harry Hamlin, Tongayi Chirisa, Jack Huston.

Pour adultes.

(sorcière woke) San Francisco. La belle neurochirgienne Rowan Fielding, qui est compétente dans tous les domaines de la médecine et qui réussit tout, essuie un refus de son méchant chef de service le docteur Keck qui a failli tuer son patient en refusant de tenir compte du diagnostique dans la belle femme-médecin : l'homme estime qu'elle est arrogante, qu'elle refuse de prendre la responsabilité de consignes médicales qui ne la flatterait pas et que passer même à temps partiel dans un département de recherche pour dégager un patient bénéficiant d'un traitement expérimental contre le cancer au profit de sa mère et donc refuse de la recommander.

Cependant, quand il apparaît que le docteur Keck, ce mâle toxique blanc prétend lui refuser un passe-droit seulement parce qu'elle est plus compétente que lui, et accessoirement une femme, Rowan a la vision du cerveau de son chef, et provoque une attaque cérébrale. Puis elle se porte à son secours et il est hospitalisé. Elle va plus tard trouver sa mère en chimiothérapie qui lui répète que la jeune femme se trompe : elle n'a pas pu causer l'attaque cérébrale. Sa fille ayant quitté la pièce, sa mère qui est une grosse menteuse s'empresse de téléphoner à une mystérieuse organisation dont la carte ornée d'un symbole ésotérique se trouve justement dans son sac à main. La mère veut que l'agent chargé du dossier de sa fille aille vérifier si rien n'a changé à la Nouvelle Orléans, car en réalité elle croit que Rowan a réellement causé un dommage physique par l'opération de son esprit.

Mayfair Witches, la série télévisée de 2023

Mayfair Witches, la série télévisée de 2023

Mayfair Witches, la série télévisée de 2023

Mayfair Witches, la série télévisée de 2023

***

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark (2023)

Une saison de 12 épisodes.

Diffusé à partir du 1er février sur SYFY US.

De Dean Devlin et Jonathan Glassner ; avec Christie Burke, Richard Fleeshman, Reece Ritchie, Stacey Read, Ryan Adams.

Pour adultes ?

(presse, catastrophe spatiale, prospective) Les survivants d'un vaisseau spatial connu sous le nom d'Ark One, doivent donner le meilleur d'eux-mêmes pour garder le cap après avoir subi une catastrophe qui a massivement endommagé leurs vaisseaux et tué des passagers.

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark, la série télévisée de 2023

The Ark, la série télévisée de 2023

***

The Rig, la série télévisée de 2023Feu rouge télévision

The Rig (2023)

Annoncé à l'international pour le 6 janvier 2023 sur AMAZON PRIME INT/FR.

De David Macpherson, avec Emily Hampshire, Iain Glen, Martin Compston, Mark Bonnar.

Pour adultes

(catastrophe surnaturelle woke) La plate-forme pétrolière Kinloch Bravo. Son fond plat marin qui se lézarde juste au bord d’une fosse océanique et fait bouillonner l’eau depuis les profondeurs . Le petit personnel à bord qui vaque à ses occupations tandis que dans les haut-parleurs un type débite des chiffres et des instructions qui font genre. Une jeune femme en ciré jaune et casque rouge histoire qu’on la remarque le plus facilement au milieu de l’écran photobombe la séquence, traversant le pont et les couloirs surpeuplés. Elle se rend dans le foyer où ça lit, ça fait semblant de surfer sur internet, ça boit (du café ?) et une femme à longs cheveux veste jeans et courte jupe de cuir joue toute seule au billard.

La femme au ciré jaune (Rose) arrache une liste au panneau d’affichage pour en punaiser une autre, annonçant revêche à la cantonade qu’il s’agit des nouveaux transferts, que les gens présents dans le Foyer la lisent. Elle ne doit pas savoir transférer des mails ou envoyer des sms ou lire à haute voix dans l’interphone. Un des deux gamers vautrés dans un des canapés (Baz) demande à Rose pourquoi elle ne vient jamais traîner dans le Foyer. Rose rétorque en substance qu’ils sont trop c.ns. 

Pendant ce temps le commandant de bord (Magnus) demande par radio à son commandement de la Pictor Energie (dont Rose est pourtant la représentante à bord) ce qu’il doit faire comme sa plate-forme est sur le point de couler à pic pour cause de séisme sous-marin. Réponse : ils ne savent pas encore, ils attendent plus d’informations, et quand ils auront plus d’informations, ils lui feront un rapport de mise à jour.

En fait il semblerait qu’ils seraient sans nouvelles de l’hélicoptère ? chargé de permettre aux membres de l’équipage de partir en vacances et d’amener leur remplacement, mais ce sont des dialogues impossibles à comprendre sans le ou les dialogues qui suivent.

Puis le commandant perd le contact radio, le signal étant brouillé ; Rose le rejoint pour annoncer qu’elle vient juste de poster (elle veut dire d’afficher) la liste des rotations, et le commandant lui déclare que pour ses hommes, la plate-forme n’est pas seulement un métier, mais leur maison. Puis il répond que c’est bien dommage d’avoir affiché les rotations car l’héliport vient d’annoncer un retard de l’hélicoptère qui aurait eu mieux à faire.

Haem, pour avoir déjà eu l’occasion de parler à des gens qui ont servi à bord de plate-forme pétrolière et vu plusieurs films évoquant les sentiments de l’équipage de ce genre de lieu de travail, aucun de ces professionnels réels ou de fiction n’auraient déclaré qu’une station pétrolière était leur maison : tout le monde ne rêve que de dégager depuis la première minute de leur vacation jusqu’à la dernière. Je crois que les scénaristes, la production et je ne sais qui d’autre étant l’auteur de cette série n’a jamais bossé voire mis les pieds sur une plate-forme pétrolière.

Retour au Foyer où le personnel démontre sa tendance à converser dos tourné à ses interlocuteurs à douze mètres de distance — un effet de lentille de la caméra qui augmenterait la profondeur de champ, le divan des gamers serait-il en fait immédiatement dos à la table de billard ? Baz et tous les autres semblent sexuellement frustrés décrivant la plate-forme comme de l’air pur et zéro tentations, la joueuse de billard et sa copine leur suggère d’utiliser les boules de billards comme baillons et d’emprunter des sangles pour des séances sado-masochistes et je crois bien que les scénaristes tentent de jouer la montre. Les deux femmes ne tardent pas allumer Baz en cherchant le contact physique de mise en train, ce qui est du harcèlement sexuel.

Baz prétend ensuite soumettre une plainte au vieux qui roupille en faisant semblant de lire tandis que l’autre joueuse de billard le tripote. Puis comme Baz se vante d’être le prochain à quitter la plate-forme, l’un de ses camarades se moquent de lui pour lui annoncer que la place de Baz a été donnée à quelqu’un d’autre sur la nouvelle liste des rotations.

Pendant ce temps long, Magnus le commandant de bord va trouver  le radio, regrettant peut-être de ne pas s’être abonné à Starlink, n’arrive toujours pas à joindre Pictor. Le signal vidéo d’une télévision à bord est alors coupé. Magnus et Rose vont trouver le radio pour le convoquer pour une réunion qui apparemment ne concerne qu’eux trois et aurait très bien se tenir dans le local radio. 

Toutes les communications ne sont pas pour autant couper puisqu’un membre de l’équipage est en vidéo conférence avec une femme et leur conversation n’est pas claire, bien qu’aucun des deux n’aient quittés leurs vêtements : le membre d’équipage (Cat) aux faux airs de Michael Jackson époque plus blanc que blanc aurait, selon la femme quelque chose à avouer à Magnus que ce dernier prendra mieux, selon elle, que les procès (en anglais suits) faits à Pictor, à moins qu’elle ne parle de costumes (en anglais suits) livrés à Pictor. 

On frappe à la porte, c’est Rose qui vient chercher Cat pour la réunion avec Magnus. Cat attend qu’elle referme la porte pour annoncer à la femme en vidéo-conférence qu’il avouera à Magnus si et seulement si il a du temps pour le voir, il le promet et ils s’échangent des baisers virtuels. Derrière Cat, une affiche au mur déclare que la toux et les éternuements disséminent des maladies. Pas autant cependant que tout le reste, inclus les laboratoires de gain de fonction virale et ceux qui les payent. 

Comme Cat et l’épouse au foyer (de qui ?) se quittent, l’écran affiche « connexion avec le serveur perdu ». On se demande seulement comment ils ont pu se connecter alors que la radio et la télévision étaient déjà perdus.

Apparemment, il ne s’agit pas d’une réunion entre le commandant et ses proches, mais de tout le personnel de plate-forme qui tiendrait seulement dans une salle avec peut-être cinq rangées de cinq chaises et peut-être huit personnes au fond, plus les peut-être six officiers et assimilés devant : total à bord peut-être quarante personnes, auquel il faudrait ajouter le personnel qui ne pourrait pas quitter son poste. Chose curieuse, j’aurais compté le radio dedans mais il a quitté son poste, ce n’est pas comme si les SOS pouvaient avoir de l’importance, ou arriver à recontacter leur commandement ou n’importe qui d’autre pouvait compter quand on a perdu tout contact.

Le commandant annonce à son personnel enthousiaste qu’ils auront à attendre pour partir en vacance, car le matin même ils ont reçu la nouvelle d’une panne des générateurs sur la platfe-orme du Nord Kilscour : tous les hélicoptères de leur secteurs sont détournés ves là-bas pour évacuer l’équipage jusqu’au rétablissement de l’électricité — ce qui implique que leur plate-forme n’a pas les moyens d’évacuer son équipage ? Curieuse conception de la survie en haute-mer.

Comme l’équipage demande de combien de temps sera le retard, le capitaine Magnus ne répond pas, son second répond qu’on leur écrira. Curieusement, cela ne suffit pas à remonter le moral : peut-être le commandement aurait dû préciser qu’ils avaient perdu tout contact avec le continent et les secours, comme ça plus personne ne se poserait la question de combien de temps ils devront encore attendre d’être évacués, eux ?

The Rig, la série télévisée de 2023

The Rig, la série télévisée de 2023

The Rig, la série télévisée de 2023

The Rig, la série télévisée de 2023

***