F.P.1 ne répond plus, le film de 1932Feu vert cinéma

F.P.1 antwortet nicht (1932)

Traduction du titre original : FP1 ne répond pas.
Titre de la version anglaise : FP1.

Noter que ce film a été tourné en trois versions avec à chaque fois des acteurs différents : allemande, française et anglaise.
La version française semble avoir été perdue.

Sorti en Allemagne le 22 décembre 1932 (version allemande avec Hans Albers)
Sorti en Angleterre le 3 avril 1933 (version anglaise avec Conrad Veidt)
Sorti en France le 22 juillet 1998 (version française avec Charles Boyer)
Sorti en blu-ray américain de la version allemande et anglaise le 10 août 2021.

De Karl Hartl, sur un scénario de Walter Reisch d’après le roman de 1933 de Kurt Siodmak (également scénariste) ; avec Hans Albers, Sybille Schmitz, Peter Lorre, Paul Hartmann.

Pour adultes et adolescents

Une escadrille de biplans volant en diverses formations dans le ciel, au-dessus des nuages, en dessous des nuages, tandis qu’un chœur d’hommes chante : du pôle nord au pôle sud, nous ferons ça le temps d’une sieste, nous volerons la distance par n’importe quel temps, nous n’aurons pas d’hésitation, nous connaissons notre devoir et comme nous décollons, nous chantons notre chanson, celle des aviateurs en quête de soleil, saluant les étoiles et touchant la Lune, notre course est juste une glissade sans aucun heurt, tout seul dans le ciel avec cet air, plus vite et encore plus vite, nous allumons nos moteurs d’une chiquenaude, nous autres pilotes ne connaissons aucune limite dans nos recherches d’une terre inconnue. Et si à bord de notre vol, vous voyez une étoile filante, vous souhaiterez revoir votre amie qui est si lointaine, Aviateurs, en quête de soleil, saluant les étoiles et touchant la Lune !!!

Ailleurs, le restaurant d’un grand hôtel où des couples en frac et robes de soirées valsent. Dans un salon plus calme, l’un des dîneurs passe un appel téléphonique après avoir vérifié qu’il était seul. Fumant une cigarette, il demande que l’hôtel Atlantique lui passe le foyer. Ayant obtenu la réception, il demande à ce qu’on lui passe un petit homme gras bizarre qui serait assis là-bas avec un appareil photo. Et il y a bien un petit homme triste avec un appareil photo visiblement assoupi dans un grand fauteuil du foyer. Appelé sans aucun égard à la cabine deux, le petit homme s’y rend. Au téléphone, l’homme en costume de soirée le surnomme « mon petit rouleau de pellicule » et lui demande de l’écouter attentivement : qu’il s’en aille appeler plusieurs journaux, tels la Gazette de l’étranger, le Journal, Le Correspondant, l’écho, qu’ils se rendent tous au chantier naval de Lennartz, cette nuit à 11 heures exactement. Et s’ils demandent pourquoi, il n’aura qu’à dire que quelque chose est sur le point d’arriver là-bas.

Mais l’homme en costume de soirée n’est pas seul dans le salon : une femme blonde était assise au creux du grand fauteuil devant la cheminée, et regarde qui est en train de parler. L’homme termine par le plus important : ne surtout pas mentionner son nom. La blonde se lève et l’interpelle, souriante : qu’est-ce donc qu’il s’attend à ce qu’il arrive là-bas, au chantier naval de Lennartz. L’homme est visiblement déçu et s’étonne que la jeune fille lui parle du chantier de Lennartz, où diable aurait-elle entendu parler de cela ? La jeune femme baisse les yeux : elle ne voulait pas écouter sa conversation, mais elle est certaine d’avoir entendu ce nom. L’homme lui assure qu’il ne l’a jamais prononcé et lui souhaite une bonne nuit. La blonde — Claire — s’excuse et veut partir mais l’homme la rattrape : il prétend avoir annulé un rendez-vous pour la rencontrer ce soir. Elle refuse de danser avec lui, elle ne veut pas le retenir, et rejoint ses amis. Il garde et empoche l’éventail de la jeune femme, et comme il quitte la fête, elle se renseigne sur lui : son nom, Ellissen, est dans les journaux, c’est un pilote d’essai qui vient seulement de rentrer d’Australie. Puis elle se précipite au fumoir où les hommes jouent aux cartes, pour interpeller Matthias et Konrad. Ceux-ci se plaignent d’abord qu’elle interrompt leur partie de cartes alors que Konrad était sur le point de se refaire. Écœurée, Claire les quitte et demande au planton de lui appeler son chauffeur. Celui-ci appelle à son tour un jeune groom pour appeler le chauffeur de Mademoiselle Lennartz.

***

Kull le Conquérant, le film de 1997Feu orange cinéma

Kull The Conqueror (1997)

Sorti aux USA le 29 août 1997,
Sorti en Angleterre le 19 septembre 1997,
Sorti en France le 22 juillet 1998,
Sorti en DVD US le 24 février 1998,
Sorti en blu-ray US le 3 février 2015,
Annoncé en blu-ray français le 19 août 2021,
Annoncé en blu-ray US pour le 19 octobre 2021.

De John Nicolella, sur un scénario de Charles Edward Pogue ; d’après Kull of Atlantis de Robert E. Howard ; avec Kevin Sorbo, Tia Carrere, Thomas Ian Griffith, Litefoot, Harvey Fierstein, Karina Lombard.

Pour adultes et adolescents.

À l’aube des temps, le monde était recouvert de flammes et les démons régnaient sur les humains. C’était l’ère d’Akivasha, la Reine-Sorcière d’Achéron, un royaume de l’Enfer sur la Terre. Puis le grand dieu Valka détruisit l’empire maléfique d’Akivasha, et ne laissa qu’une seule flamme d’Achéron à brûler pour toute l’éternité. Des cendres de l’Ancien Achéron se releva le grand royaume de Valusia, où la flamme brûle encore en souvenir d’un temps privé de dieux.

Une bataille dans la nuit illuminée des flammes. Un barbare se distingue par ses grands cris tandis qu’il abat ses ennemis à la double hache sous le regard morne d’une rangée de cavaliers. Deux d’entre eux s’élancent... et tombent. Sur le point d’être hachés à leur tour, une corne retentit, et le cavalier blond, général de l’armée rejoint le barbare qui prétend avoir passé tous les tests pour être engagé. Le cavalier blond lance la double hache au loin, laquelle selon lui ne sert qu’à couper du bois. Il offre à la place une épée enflammée comme la sienne, et leur fait bander les yeux à tous les deux pour un combat guidé seulement par les sons qui trahiront leur position. Le barbare finit par se vautrer dans l’eau, mais le roi lui demande qui il est : Kull de l’Atlantide. Le blond lui répond qu’il n’accepte que les nobles, et Kull répond que son sang est aussi noble que celui de son général.

C’est alors qu’un messager vient annoncer au général que le roi massacre ses enfants, et les cavaliers retournent au château du roi. Le général trouve le roi fou, persuadé que tous veulent lui voler sa couronne. Le roi frappe le général et Kull arrête le roi, qui prétend épargner la vie du barbare, seulement pour l’attaquer en traite. Kull tue le roi. Le général réclame alors la couronne, car ce serait son droit de naissance. Ils sont arrêté par un blond fadasse qui prétend être le héritier en ligne. Mais le roi agonisant tend sa couronne à Kull, qui est proclamé roi selon le grand prêtre et tous s’agenouillent devant lui.

***

Labyrinthe, le film de 1986Feu orange cinéma
Labyrinth (1986)

Sorti aux USA le 10 août 2007.
Sorti en Angleterre le 19 octobre 2007.
Sorti en France le 24 octobre 2007.
Sorti en blu-ray français le 9 septembre 2009.
Réédité en blu-ray français 30ème anniversaire le 9 novembre 2016.
Annoncé en blu-ray 4K américain le 17 août 2021.

De Jim Henson (également scénariste), sur un scénario de Terry Jones, Dennis Lee ; avec Jennifer Connelly, David Bowie.

Pour adultes et adolescents.

(Fantasy, musical) Au bord d’une rivière dans un superbe jardin anglais, Sarah, une jeune fille en costume médiévale répète ses répliques d’une pièce de théâtre appelée le Labyrinthe, alors que l’orage menace. Elle réalise qu’il est déjà sept heures du soir et rentre en courant sous la pluie avec son chien Merlin. S’en suit une scène avec sa belle-mère car Sarah est en retard pour veiller sur son petit frère encore bébé. Réfugiée dans sa chambre remplie de livres et de jouets de fantasy, Sarah répète encore ses lignes devant son miroir. Elle refuse de laisser entrer son père, qui lui annonce qu’ils partent. Puis Sarah réalise que quelqu’un a pris Lancelot son nounours, et le retrouvant dans le couloir, elle supplie que quelqu’un l’emmène loin d’ici. Elle improvise alors un conte dont elle est l’héroïne où le roi des gobelins enlève son petit frère pour le garder à jamais et le transformer en gobelin.

Son petit frère pleure, tandis que de vrais gobelins cachés sous le lit écoute attentivement car elle va le dire : elle le souhaite, Ô roi des gobelins, emporte son petit frère Toby. Mais comme elle n’a pas enchaîné « je souhaite » avec « que les gobelins t’emportent », les gobelins n’interviennent pas. Sarah dépose le bébé en pleurs dans le berceau, puis sort de la pièce et en refermant la porte, le dit « je souhaite que les gobelins t’emportent maintenant. » Le bébé cesse instantanément de pleurer, et du coup Sarah a un doute, et rentre dans la chambre. Quelque chose bouge dans le berceau, elle retire la couverture, le berceau est vide.

À la fenêtre apparaît le roi des gobelins et elle supplie : elle ne voulait pas dire ce qu’elle a dit. Le roi lui rétorque de rentrer dans sa chambre et de jouer avec ses costumes et ses jouets. Puis il lui offre un cadeau qui n’est pas pour une fille ordinaire qui s’occuperait d’un bébé brailleur : une boule de cristal pour lui montrer ses rêves. Sarah refuse, et le roi transforme la boule en un serpent, puis un gobelin. Qu’il ne la défie pas, avertit le roi des Gobelins, car elle ne sera jamais à sa hauteur. Puis il lui montre le château où son petit-frère est prisonnier. Elle n’a que treize heures pour sauver le bébé en traversant le labyrinthe aux pieds du château sans quoi il deviendra un gobelin à jamais.

***

Chroniques de la Science-fiction du 9 août 2021

Chroniques de la Science-Fiction #2021-08-09 (2021)

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 18 pages A5 couleurs.

Ici bientôt l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2021

Sorti le 8 août 2021 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Au sommaire, l'actualité de la semaine du 9 août 2021, plus les critiques de The Suicide Squad 2021, Teddy 2021, Silver Bullet = peur bleue 1985, la Nuée 2021, Hotel New Rose 1998.

***