Chroniques de la Science-fiction du 2 août 2021

Chroniques de la Science-Fiction #2021-08-02 (2021)

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 18 pages A5 couleurs.

Ici bientôt l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2021

Sorti le 1er août 2021 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Au sommaire, l'actualité de la semaine du 2 août 2021, plus les critiques de Jungle Cruise 2021, Four Frightened People 1934, le Toubib 1979, Schmigadoon! 2021.

Four Frightened People, le film de 1934Feu vert cinéma

Four Frightened People (1934)
Traduction : Quatre personnes effrayées.

Sorti aux USA le 26 janvier 1934 ;
Sorti en Angleterre le 27 février 1934.
Sorti en DVD américain.
Annonce en blu-ray américain le le 3 août 2021.

De Cecil B. DeMille, sur un scénario de Bartlett Cormack et Lenore J. Coffee ; d’après le roman de E. Arnot Robertson. Avec Claudette Colbert, Herbert Marshall, Mary Boland, William Gargan. Pré-code, tourné en décors naturels.

Pour adultes et adolescents.

À bord d’un vapeur colporteur fumant le long de la côte malaise, se trouvent beaucoup de manœuvres chinois — les coolies —, des passagers de toutes les races dont quatre qui se sont rencontrés par hasard : Steward Corder, un correspondant de presse et de radio d’un journal fameux à qui la civilisation a tout donné ; Mrs Mardick, l’épouse d’un officier britannique stationné en Malaisie, qui à travers ses activités associatives, détourne la civilisation à des fins personnelles, et cette saison, c’est diminuer le nombre de naissance ; Arnold Ainger, un chimiste sans importance spécialisé en caoutchouc , trop sensible et trop timide pour dégager son cou de la botte que la Vie a posé dessus ; et Judy Jones une institutrice de Chicaho, si peu importante que la Vie elle-même ne l’a pas remarquée. À l’esprit de chacun d’eux, il n’y a rien d’autre que la nécessité de parvenir à New-York City d’ici une certaine date — quand soudain le Destin mélange leurs cartes, et...

Dans la nuit, à bord du vapeur, deux coolies emballent l’un des leurs décédés et l’emporte sur le pont, tandis que le radio frénétiquement transmet en morse le message suivant : Appelons Singapour — peste à bord — peste bubonique — morts et mourants — ne pouvons pas garder secret longtemps — équipage et coolies se rebelleront — craignons mutineries — passagers ignorent situation — ...

À l’insu du capitaine, quatre passagers ont déjà sauté dans une barque malaise : tandis que Ainger le chimiste empêche l’institutrice de crier, ils se tiennent baissés pour ne pas être vus du pont, et le meneur tient sous la menace d’un pistolet le coolie qui conduit la barque. Comme la barque glisse le long du vapeur, ils sont éclaboussés par le cadavre que l’on balance du haut du pont : Corder estime qu’ils se sont échappés juste à temps, et Mrs Mardick traduit l’ordre de Corder de les emmener jusqu’à la rive. Comme enfin, on permet enfin à Judy de protester, Corder explique à nouveau pourquoi ils devaient absolument quitter le bord — les coolies mourants, ils seraient confinés à bord et mourraient à leur tour. Comme Mrs Mardick (et son petit chien) veut chaperonner Judy Jones, Corder la retient : les filles du genre de Judy se chaperonnent toutes seules.

Ils aperçoivent la côte : un grand feu derrière le rideau des cocotiers et des tambours. Ils débarquent et envoient le coolie en éclaireur. Le grand feu est tout proche, sûrement une cérémonie religieuse d’après Corder. Il y a aussi des chants. Soudain Judy poussent un hurlement : elle vient d’apercevoir une armée de cannibales qui se glissent furtivement entre les arbres à leur rencontre. Corder envoie Mrs Mardick et son chien parlementer, et elle retourne vite, épouvantée. Mais leur chef, un anglophone fort urbain qui porte la cravate d’un club anglais, les invite fort aimablement à les suivre afin qu’il les ramène à la civilisation...

Four Frightened People, le film de 1934

Jungle Cruise, le film de 2021Feu orange cinéma

Jungle Cruise (2021)
Traduction : La croisière Jungle.

Annoncé aux USA pour le 30 juillet 2021 sur DISNEY MOINS (à la demande), reporté de 2020.

De Jaume Collet-Serra, sur un scénario de Michael Green, Glenn Ficarra, John Requa, John Norville, Josh Goldstein, d'après l'attraction de 1955 des parcs Disneyland inspiré du film de 1951, The African Queen. Avec Dwayne Johnson, Emily Blunt, Jack Whitehall, Edgar Ramírez, Jesse Plemons.

Pour adultes et adolescents.

Toutes les légendes sont nées de la vérité. De l’Amazone est née la légende des larmes de la Lune : un seul pétale (NDR : rose évidemment) du Grand Arbre pourrait guérir n’importe quelle maladie, briser n’importe quelle malédiction. Aucun ne fut plus fameux que la légende du Conquistadore Don Lope de Aguirre, déterminé à posséder le pouvoir de la Larme. Mais la jungle protégeait les larmes. L’histoire vous dira que son périple tourna à l’échec. Mais la légende dit davantage : il fut trouvé par les gardiens de l’Arbre (NDr : le Grand) et ramené à la vie, qu’il demanda que ceux-ci lui remettent la Pointe de Flèche sacrée, clé pour retrouver les larmes de la Lune ; que Aguirre attaqua mais la Jungle se défendit et Aguirre et ses hommes furent capturés, maudits et ne revirent jamais la rive, incapables de quitter la jungle comme de mourir... selon la légende.

Londres, Angleterre 1916. Un auditorium, parcimonieusement éclairé par la lumière du jour filtrée par les vitraux.

« Nous savons qu’ils ont disparus ici dans la région des Lagrimas de Cristal (des Larmes de Cristal) et c’est ici que nous trouverons la source véritable de la légende, un arbre qui possède des pouvoirs inégalés de guérison... mes estimés collègues, je vous assure que la fameuse légende des larmes de la Lune n’est pas un mythe, mais la vérité scientifique, une vérité scientifique qui pourrait révolutionner la médecine moderne en soignant les maladies qui frappent nos villes, et en sauvant nos soldats dans les tranchées des balles germaniques... »
Assise parmi le public sur la mezzanine, une jeune femme chuchote les mots du conférencier au même moment où il les prononce, et qu’il se contente de lire sur ses petits cartons, à l’écriture féminine.

Le (jeune) conférencier reprend : « Je viens aujourd’hui demander l’accès à vos archives privées, incluant une ancienne pointe de flèche récemment retrouvée de l’expédition perdue du Dr. Albert Falls. La pointe de flèche représente la pièce manquante qui permettra enfin de déchiffrer la position de la pause pour un effet dramatique... » Le conférencier hésite alors, puis achève : « ... des Larmes de la Lune. »

Un homme lui répond alors dans la docte assistance siégeant au bas de l’estrade : « Vous avez fait votre demande, M. Houghton, et la réponse demeure, emphatiquement... non. »

***

Chroniques de la SF, semaine du 26 juillet 2021

Chroniques de la Science-Fiction #2021-07-26 (2021)

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 30 pages A5 couleurs.

Ici bientôt l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2021

Sorti le 27 juillet 2021 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Au sommaire, l'actualité de la semaine du 19 juillet 2021, plus les critiques de Batman: The Long Halloween part 2 - 2021, Blood Red Sky 2021, Daimajin 1966, Le Pacte des Loups, Space Truckers, Mimic, The Dead Zone, Le Jour du Dauphin.