Fear The Walking Dead, la saison 3 de 2017 de la série télévisée de 2015 Feu orange télévision

Fear The Walking Dead S03E13: This Land is Your Land (2017)
Traduction du titre original : Cette terre est votre terre.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série Fear The Walking Dead (2015)

Diffusé aux USA le 1er octobre 2017 sur AMC US.
Diffusé en France le 2 octobre 2017 sur CANAL PLUS SERIES FR.

De Robert Kirkman et Dave Erickson, d'après la bande dessinée de Robert Kirkman et la série télévisée The Walking Dead du même ; avec Kim Dickens, Cliff Curtis, Frank Dillane, Alycia Debnam-Carey, Colman Domingo.

Pour adultes.

Alicia Clarke s’est donc retrouvée enfermée dans la réserve du Ranch des Ottos avec les Survivalistes et des Indiens survivants. Comme elle reprend ses esprits et passent entre les rayonnage, manquant d’air et d’eau, elle ramasse un carton et commence à distribuer des boissons. Une femme demande alors que quelqu’un allume la climatisation...

Alicia est ensuite arrêtée dans un couloir où un vieil homme gros et barbu lui demande, en pleurs, où est son épouse... La jeune fille ne sait pas quoi lui répondre et repart dans la direction opposée. À nouveau elle cherche un carton dans les rayonnages mais se fige : de l’autre côté de l’étagère, l’un des survivalistes est en train d’inspecter son côté – et il porte une morsure ensanglantée de zombie.

Alicia et le survivaliste échangent alors un regard effaré. Arrive Ofélia, qui cherchait Alicia. Le survivaliste cache sa morsure, et lui et Ofélia s’en vont dans des directions opposées. Comme Alicia rejoint Ofélia et Chien Fou sous la bouche d’aération, Ofélia explique : ils ont un problème – aucun air ne passe.

Fear The Walking Dead S03E13: Cette terre est votre terre (2017)

Fear The Walking Dead S03E13: Cette terre est votre terre (2017)

Fear The Walking Dead S03E13: Cette terre est votre terre (2017)

Fear The Walking Dead S03E13: Cette terre est votre terre (2017)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

The Gifted, la série télévisée de 2017 Feu orange télévision

X-Men: The Gifted S01E01: eXposed (2017)

> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série X-Men: The Gifted (2017)

Diffusé aux USA le 2 octobre 2017 sur FOX US.

De Matt Nix and Bryan Singer ; d'après la bande dessinée X-Men ; avec Stephen Moyer, Amy Acker, Blair Redford, Jamie Chung, Sean Teale, Emma Dumont, Natalie Alyn Lind, Percy Hynes, Coby Bell, Joseph Morgan.

Pour adultes et adolescents.

De nuit, en ville, des voitures de police roulant sous la pluie battante répondent à un appel de leur poste de commandement : toutes les patrouilles sont alertées car un suspect en fuite a été repéré à l’intersection de Grand Avenue et de la 17ème rue. L’unité 2325 indique alors à la radio qu’elle répond à l’appel et qu’elle est en approche, et effectivement, dans un dérapage contrôlé, elle se lance à la poursuite d’une femme à pied qui court seule dans la pénombre d’une rue déserte et s’engage dans un passage souterrain. L’unité 2325 poursuit alors la femme jusque dans une ruelle, puis comme la fugitive réalise qu’elle tourne en rond, elle s’arrête et fait face, tenant ses doigts en griffes, les deux paumes face à face, et répétant « Vas-y, vas-y ! ».

Par son haut-parleur, l’unité 2325 ordonne à la fugitive de se plaquer à terre, mains sur la tête. Des petits éclairs violacés jaillissent alors par intermittence entre les paumes de la jeune femme, qui laisse échapper un « s’il te plait ! ». Alors un arc violacé jaillit entre les deux paumes de la fugitive tandis qu’un vent surnaturel agite sa chevelure – elle écarte ses paumes tandis qu’une boule de plasma grandit – comme le plasma forme un orbe, à l’intérieur de l’orbe on ne voit plus que la rue battue de pluie derrière la fugitive.

Dans leur voiture de police, l’unité 2325 ouvre de grands yeux. En réalité, la fugitive se tient toujours derrière le plasma, qui forme désormais une espèce d’arche obscure bordée d’un arc violacé. Elle saute alors à travers l’arche – et l’arche se met à rétrécir rapidement. Le policier sur le siège du passager crie au conducteur d’arrêter le véhicule, qui heurte alors de plein fouet ce qui reste de l’arche violacée, qui explose en gerbe d’étincelles. Et l’unité 2325 se retrouve face à leurs collègues qui devaient bloquer la fugitive sur l’Avenue Wellington.

Plus tard dans la nuit, une locomotive passe en hurlant sur des rails. Un homme jeune, brun, glabre aux cheveux un peu longs se tient, un genou à terre, la main droite appuyée en griffe contre le goudron. Un autre homme également brun mais barbu le rejoint, et lui demande s’il capte quoi que ce soit. Le jeune répond qu’il y travaille. Ils sont avec une jolie femme brune, et le barbu demande à nouveau au jeune : est-ce qu’il pense honnêtement qu’ « elle » est par-là ? Il ajoute qu’ « elle » était quand même à deux miles de là.

Le jeune a alors une série de flash – une sorte de croix d’allure militaire, une voiture dont les roues éclaboussent tout sur son passage – la fugitive qui courait poursuivie par la police. Le jeune déclare alors que « elle » est toute proche. Le barbu demande alors ironiquement : plus proche que la dernière fois qu’elle était proche, et la femme qui est avec eux pouffe de rire. Le jeune soupire et se relève pour expliquer : « elle » se déplace... étrangement. La femme avec eux répond qu’elle est pratiquement sûre que le jeune aime les tenir à l’écart de leur cible. Le barbu entend alors un bruit sur sa droite et étend son bras dans cette direction : dans sa paume naît une lueur vive, et il s’exclame : « Regardez... là ! »

Sur leur droite, à même le sol détrempé, brille dans la lumière du barbu des débris de phares d’un véhicule de police. La femme avec le barbu l’admet : ça, c’est intéressant... Le jeune s’avance alors, et en passant devant le couple, commente : il leur avait bien dit... Le jeune examine les débris, puis se concentre et entend un souffle féminin. Il se relève et pointe la direction : elle est là-dedans.

Ils entrent alors dans un bureau faiblement éclairé, et y découvre une jeune asiatique aux cheveux longs – la fugitive, qui panique et cherche une arme. Le barbu déclare immédiatement que tout va bien, qu’ils veulent juste lui parler, et elle lui balance un mug à la figure, qu’il esquive tout en demandant d’arrêter. Elle lui balance un second mug, qui s’écrase lui aussi contre le mur derrière le barbu. Comme la femme qui accompagne les deux hommes demande à la fugitive de se calmer, cette dernière leur demande s’ils sont avec les flics : elle ne peut pas retourner là-bas. Le barbu affirme alors qu’ils ne sont pas avec les flics – ils ont entendu qu’elle s’était évadée du centre de détention pour mutants et ils sont partis à sa recherche.

La mutante répond qu’elle ne comprend pas – et leur demande qui ils sont. Puis comme elle leur balance cette fois une agrafeuse à la figure, c’est la comparse des deux hommes qui attrape au vol l’objet en l’attirant dans sa main, en émettant un vague plasma vert fluorescent. Et de répondre en avançant vers la mutante qu’ils sont juste quelques monstres de foire, comme elle. Le barbu se présente alors comme étant Marcos, et présente la femme comme étant Lorna, et garantit qu’ils ont tous été à sa place, ou pire, et qu’ils peuvent l’aider : qu’elle vienne avec eux maintenant, ils peuvent l’emmener dans un endroit sûr.

C’est alors que le jeune entre à son tour dans le bureau et donne l’alerte : ils ont des ennuis.

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

X-Men: The Gifted S01E01: eXposé (2017)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Captain Marvel, le serial de 1941Feu vert télévision

The Adventures Of Captain Marvel S01E01: Curse Of The Scorpion (1941)
Titre français : Le Capitaine Marvel.

Ici l'article de ce blog sur le serial Captain Marvel (1941)

Diffusé aux USA à partir du 28 mars 1941.

De John English et William Witney ; avec Tom Tyler, Frank Coghlan Jr., William 'Billy' Benedict, Louise Currie, Robert Strange, Harry Worth, John Davidson.

Tout public.

Dans une partie reculée du Siam, non loin de fa frontière birmane, s’étend une terre volcanique qui, pendant des siècles, a été interdite aux hommes blancs – la Vallée des Tombes ! En ce royaume de mystère jalousement gardé par des tribus autochtones invaincues depuis la nuit des temps, est parvenu l’expédition archéologique Malcom, à la recherche du secret perdu de la Dynastie Scorpion.

De jour, dans une montagne, un homme barbu à turban frappe un grand gong plusieurs fois de suite. Ailleurs, autour d’un feu, quatre soldats armés de fusils et portant également turban, se relèvent et attrapent la bride leurs chevaux. Au loin, le gong continue de résonner à travers la montagne – et en contrebas, sur la route, les soldats cavalent soulevant un nuage de poussière. Ils sont rejoint en route par, peut-être, une dizaine d’autres cavaliers, et quand ils atteignent une vaste étendue découverte, par une dizaine de plus.

Le campement fortifié d’une palissade de l’expédition archéologique Malcom. L’expédition est composée de cinq hommes à casque colonial et costume cravate – d’une femme blonde en jupe – Betty Wallace – et d’un homme richement vêtu en turban – Tal Chotali. À l’écart, à côté de la table de la radio, un adolescent, Billy Batson et un autre homme, âgé, à casque colonial, James Howell. Alors que le gong résonne au loin, ils sont réunis devant leurs tentes, autour de deux petites tables pliantes. Sur une table trône une urne décorée, et sur l’autre table à laquelle la femme blonde et le prince sont assis, les notes que prend la femme et un livre que consulte le prince.

À la table de la radio, Billy demande à Howell ce que signifie le gong qui résonne au loin, et Howell répond qu’il l’ignore – et propose de le découvrir. Billy et Howell quittent la table de la radio en hâte pour rejoindre le reste de l’expédition, et Howell interpelle le chef de l’expédition –Malcom, le plus âgé du groupe, un maigre moustachu, pour lui demander ce qu’il pense du signal donné par le gong. Malcom répond qu’il ne sait pas. Puis Malcom se tourne vers l’homme richement vêtu en turban, Tal Chotali, et lui demande si le gong a quelque signification que ce soit à ses yeux. Tal Chotali soupire et hoche la tête : les hommes des collines se rassemblent – le signal dit que les hommes blancs doivent être chassés de la Vallée des Tombes.

Immédiatement, Malcom ordonne au lieutenant qui accompagne son expédition de fermer les portes de leur campement et d’armer les mitrailleuses. Mais comme deux soldats à casque colonial commence à repousser les vantaux de bambou du portail du camp, des tirs de fusil résonne : les cavaliers arrivent en vue du campement – et un premier soldat tombe. Malcom sort un révolver, imité par d’autres hommes de l’expédition, et attrape Betty par le coude pour l’entraîner, tandis que tout le monde quitte les deux tables : c’est peut-être grave !

Les soldats coloniaux et les hommes se précipitent derrière la palissade et tirent par les interstices entre les bambous – et la mitrailleuse entre en action, fauchant les premiers cavaliers. Presque immédiatement, les cavaliers battent en retraite – mais seulement pour faire place à une seconde vague de cavaliers. Comme certains cavaliers se sont embusqués dans les gros rochers qui surplombent le campement fortifié, un des membres de l’expédition agite un drapeau blanc, et les tirs cessent. Les portes du campement s’ouvrent pour laisser passer un cavalier – Tal Chotali, qui va saluer et parlementer avec le chef des cavalier, Rahman Bar.

Tal Chotali demande à Rahman Bar quelle est la cause de son attaque. Rahman Bar répond que c’est l’avertissement légendaire : aucun homme blanc ne devra désacraliser la Vallée des Tombes. Tal Chotali secoue la tête : ce n’est pas une vraie légende – si jamais désacralisation devait survenir, le volcan Scorpion entrerait en éruption. Et Tal Chotali de pointer une montagne fumante entre les pics déchiquetés voisins : que Rahman Bar le constate, il n’y a pas d’éruption (NDR : la fumée tout de même...). Et d’accuser : Rahman Bar a répandu le sang sans raison, et a poussé son peuple à suivre les ordres du Scorpion.

Rahman concède que la désacralisation n’a pas encore eu lieu, mais les blancs doivent partir : une malédiction dit que tout homme blanc qui parviendrait dans la Vallée des Tombes doit mourir. Tal Chotali revient, et avec les hommes groupés au portail, Malcom espère que la négociation a été fructueuse. Chotali descend de cheval, et Malcom l’interroge : qui sont-ils ? l’attaque est-elle terminée ? Tal Chotali répond qu’ils ne seront pas attaqués à nouveau – s’ils arrêtent de travailler sur les tombes et partent.

Malcom s’étonne : leurs visas et permis de fouiller sont en règle ! Tal Chotali répond que le chef des cavaliers les a averti qu’aucun permis ne les sauvera de la rage du Scorpion, s’ils pénètrent dans les tombes les plus reculées. Malcom rétorque que la seule raison qui l’a poussé à financer cette expédition était de pouvoir examiner le contenu de ces tombes. Et l’un des associés de Malcom de renchérir que bien sûr il ne va pas s’arrêter à cause de superstitions insensées ! Visiblement inquiet, le jeune Billy intervient : c’était ce que tout le monde disait à propos de la malédiction de la Tombe du Roi Toutankhamon. – et beaucoup d’entre eux sont morts. Alors Tal Chotali sourit bouche fermée, tandis que Malcom assure qu’ils vont s’occuper de cette affaire : ils ouvriront immédiatement la tombe. Puis ils partiront dès le matin, et s’éloigneront le plus loin possible du danger représenté par les autochtones.

Puis Malcom se retourne vers Tal Chotali pour lui demander si le plan lui convient. Celui-ci répond, énigmatiquement, qu’il aurait souhaité que le danger ne vienne que des autochtones. Alors l’associé de Malcom s’indigne : Tal Chotali ne prend tout de même pas cette histoire de malédiction du Scorpion au sérieux ? Alors Tal Chotali affirme en promenant son regard sur tout le groupe : croyez-le, la malédiction du Scorpion existe. Malcom éclate de rire : insensé – et quoi après ? ils vont voir des fantômes ? Et il donne l’ordre à l’expédition de se mettre au travail.

Captain Marvel S01E01: La malédiction du Scorpion (1941)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Captain Marvel (1941), le blu-ray américain de 2017 Feu vert blu-ray / DVD

The Adventures of Captain Marvel (1941)

Ici l'article de ce blog sur le serial Captain Marvel (1941, le capitaine Marvel).

Sorti aux USA le 19 septembre 2017, probablement région A.

Sur le serial : Il tient toutes ses promesses - de la pure aventure pulps, efficace, exotique, héroïque. Après, c'est clairement pour la jeunesse dans le sens que j'ai facilement deviné qui serait le méchant dans les cinq premières minutes et quand dans l'épisode suivant il porte un masque mais ne déguise même pas sa voix, c'est presque comique. Mais du point de vue de l'action, des rebondissements, de la pure aventure, bien avant le grand n'importe quoi qui a suivi, Captain Marvel 1941 est bien une adaptation très réussie d'une bande dessinée de (super-)héros, bien avant Indiana Jones - capable de voler et de se battre avec une courte cape sans paraître un instant ridicule. C'est aussi retrouver toute l'ambiance de l'aventure grand teint des années 1930-1940, notamment en bande dessinée et en feuilletons radiophoniques que les nouveaux films et séries de super-héros ont grand peine aujourd'hui à évoquer.

Sur l'image : 1080p format 4:3 original (1.37:1) - Plutôt bonne à très bonne. L'image est belle mais pas cristalline. Dans les scènes d'intérieur, les détails fins sont à la peine, avec des textures fines de vêtements seulement visibles par intermittence, selon la scène, les textures de peaux peuvent apparaître gommées ou détaillées ; les cils et cheveux fins sont en général impossibles à détailler, et il y a à l'occasion des tous petits dégâts à l'image (fines et courtes rayures, petites tâches noires, coups blancs à l'image), et qui auraient pu être facilement éliminés numériquement. En extérieur, tout va mieux en tout cas pour les détails fins ds surface. La qualité d'image demeure cependant un peu inférieure à celles du précédent blu-ray des Trois Diables Rouge (contemporain).

Sur le son : DTS HD MA 2.0 - Plutôt bon. Le son sonne bien mais il peut y avoir des changements légers dans la qualité selon la scène, les dialogues sont clairs, la musique pas trop crissante, les effets sonores présents et bien définis. Pas d'immersion : le son "stéréo" (probablement un mono répété) est bloqué dans la sphère avant.

Sur les bonus : pas encore visionné.

En conclusion : Précédé d'une excellente réputation, dans le domaine public donc en SD sur les youtubes et autre archive.org, Captain Marvel en haute définition est un bonheur, sans atteindre la perfection HD dont j'aurais rêvé, mais je suis déjà très content de pouvoir suivre ce serial dans d'agréables conditions.

***

Donnez votre avis sur ce blu-ray en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***