Nightbooks, le film de 2021Feu orange cinéma

Nightbooks (2021)

Traduction du titre: les livres de la nuit / les nuitlivres.

Attention, bien que présenté comme un film pour la jeunesse, certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes. Voir le film avant, sinon à réserver au plus de 10 ans.

Sorti à l’international le 15 septembre 2021 sur NETFLIX FR / INT.

De David Yarovesky; sur un scénario de Mikki Daughtry et Tobias Iaconis, notamment produit par Sam Raimi ; d’après Nightbooks de J. A. White, avec Winslow Fegley, Lidya Jewett, Krysten Ritter.

Pour adultes et adolescents.

Un coup de tonnerre, un immeuble en ville sous la pluie drue alors que la nuit est tombée. Dans l’appartement décoré pour Halloween, un père s’inquiète auprès de la mère d’un petit garçon qui apparemment prend la situation très mal, qui a dit qu’il n’écrirait plus jamais d’autres histoires. Et effectivement un petit binoclard arrache ses posters, met le contenu de ses tiroirs dans un sac pour les jeter. Puis comme le petit Alex va pour sortir, il entend ses parents dire que cela aiderait s’il était un petit peu plus normal. Comme la mère s’inquiète d’avoir entendu un bruit et que le père dit qu’il n’a rien tendu, Alex est déjà dans l’ascenseur. Un ascenseur qui secoue et qui le dépose à un étage plongé dans l’obscurité, où dans un appartement sur un écran rouge est projeté un vieux film de vampire. D’abord rechignant à entrer, Alex entre, regarde la télévision, trouve une assiette avec une fourchette et un morceau de gâteau. Il mange le gâteau, et s’écroule inanimé sur le tapis. La porte de l’appartement 4B se referme sur lui.

Alex se réveille dans un placard, il sort inspecte la petite pièce : il ouvre la fenêtre avec vue sur New-York de nuit. Puis il tente de sortir par l’escalier de secours et se retrouve dans la petite pièce. Une voix de femme lui demande son nom, il répond Alex Mosher. La femme répète son nom et éclate de rire. Une silhouette obscure apparait et se démasque : elle est une sorcière très occupée, l’appartement attire des enfants mais ils lui ont été inutile, alors est-ce qu’Alex a quelque chose d’inhabituel pour qu’elle le laisse vivre. Alex ne sait quoi répondre mais en apercevant son livre de nuit, il avoue qu’il écrit des histoires qui font peur. L’intérêt de la sorcière est piqué mais elle doit s’assurer que les histoires d’Alex font vraiment peur. De ce fait, il devra lire à la sorcière l’une de ces histoires chaque nuit et elles auront intérêt à être bonnes, sinon il mourra.

***

Les guerriers de la nuit, le film de 1979Feu vert cinéma

The Warriors (1979)

Traduction du titre original : les guerriers.

Sorti aux USA le 9 février 1979,
Sorti en Angleterre le 10 mai 1979,
Sorti en France le 27 août 1980.

Sorti en blu-ray anglais Ultimate Directors Cut le 13 octobre 2008,
Sorti en blu-ray américain Ultimate Director Cut le 24 janvier 2017,
Sorti en blu-ray allemand Ultimate etc. limited, le 18 octobre 2018,
Sorti en blu-ray français Ultimate etc. le 8 septembre 2021.

De Walter Hill (également scénariste), sur un scénario de David Shaber, d’après le roman de 1965 de Sol Yurick, d'après Xénophon. Avec Michael Beck, James Remar, Deborah Van Valkenburgh, Marcelino Sánchez, David Harris, David Patrick Kelly.

Pour adultes.

La Bataille de Cunaxa : 401 avant Jésus Christ. Il y a plus de deux millénaires, une armée de soldats grecs se retrouva isolée au milieu de l’Empire Perse. A un millier de milles de la sécurité, à un millier de miles de la mer, un milliers de miles entourés par des ennemis de tout côté. Leur histoire est celle d’une marche forcée désespérée, leur histoire est celle du courage. L’histoire qui suit est aussi une histoire de courage.

Quelque temps dans le futur, la nuit noire est illuminée par la grande roue d’une fête foraine et les néons d’une rame de métro, et des quais le long desquels les wagons se rangent. Le chef d’un gang aux gilets de cuir rouge tient ce discours : « c’est toujours de mise, et nous y allons. Cyrus a envoyé un émissaire pour s’en assurer. Il veut que personne ne roule des mécaniques et je lui ai donné ma parole que les Guerriers respecteront la trêve. Tout le monde dit que Cyrus est authentique, mais je pense que nous devons le vérifier par nous-mêmes. » et la bande de neuf jeunes de monter joyeusement dans la rame de métro.

Plus tôt, le second du chef de gang s’inquiétait : ils ne sont jamais allé dans le Bronx avant ça. Mais le chef répond que c’est certainement un évènement, tous les gangs de la ville seront présents… Et ils y vont sans armes, comme tout le monde, parfaitement reconnaissables sans savoir sur qui ils tomberont en chemin, ils ne pourront pas se cacher. « Mais qui veut se cacher ? » répond naïvement d’un des guerriers. Et comme le second propose au chef de casser quelques têtes en chemin, le chef lui rétorque sèchement qu’il n’est qu’un soldat et qu’il doit la boucler. Le second rétorque alors qu’il est prêt à parier qu’aucun gang n’ira au rendez-vous. Sauf qu’arrivés dans le parc, tous les gangs sont bien là et tout le monde se regarde haineusement… ou hagard.

Cyrus arrive, lève les bras et lance : « Pouvez-vous (vous) compter ? le futur est à nous, si vous pouvez (vous) compter. » Tous les gangs sont là, et personne ne s’entretue : c’est un miracle. Ils représentent plus de cent gangs, et il y en a une centaine d’autres, 20.000 soldats, et il n’y a certainement pas autant de policiers en ville. « Est-ce que ça vous botte ? » apparemment oui. Chez les Guerriers, la réaction est mitigée. Leur heure est venue, tout ce qu’ils ont à faire c’est maintenir la trêve et prendre quartier après quartier, sécuriser leur terrain de jeu parce toute la ville est désormais leur terrain de jeu. » Et tandis que retentit l’ovation, trois voitures de police arrivent aux grilles du parc, et un révolver passe de main en main jusqu’à arriver entre les mains d’un chef de gang qui abat Cyrus en plein cœur, sous les yeux du plus jeune membre des Guerriers.

Les guerriers de la nuit, le film de 1979Les guerriers de la nuit, le film de 1979

***

Rashomon, le film de 1950Feu vert cinéma

Rashomon (1950)

Traduction du titre original : la porte des démons.

Sorti au Japon le 25 août 1950.
Sorti aux USA le 26 septembre 1951.
Sorti en France le 18 avril 1952.

Sorti en blu-ray allemand TRIGON le 28 février 2012.
Sorti en blu-ray américain CRITERION le 6 novembre 2012.
Sorti en blu-ray anglais BFI le 21 septembre 2015.
Annoncé en blu-ray espagnol pour le 21 septembre 2021.
Annoncé en blu-ray 4K français pour le 4 janvier 2022.

De Akira Kurosawa (également scénariste), sur un scénario de Shinobu Hashimoto, d'après la nouvelle de 1922 "dans un bosquet" de Ryūnosuke Akutagawa. Avec Toshiro Mifune, Machiko Kyō, Masayuki Mori, Takashi Shimura, Minoru Chiaki.

Pour adultes et adolescents.

(fantastique) Un portail de bois, la Porte des Démons selon l’inscription peinte, d’un palais sous une pluie drue. L’eau ruisselle sur les marches de pierre et rejoint la route transformée en torrent de pierre. Les colonnes du portail sont fendillées. De fait, il n’y a que l’entrée du palais qui est intact, tout le reste de la maison s’est écroulé. Deux hommes, un barbu hagard et un plus jeune barbichu attendent assis en haut des marches, sous le porche, à l’abri de la pluie. Le barbu hagard répète qu’il ne comprend pas. Leurs vêtements sont en lambeaux.

Un troisième homme les rejoint après avoir traversé en courant l’eau, la chemise déchirée, et se retourne quand il entend le barbu répéter à nouveau qu’il ne comprend pas, ne comprend rien. Ce troisième homme s’approche, s’assoit sur la même poutre, et demande pourquoi, tandis que le plus jeune garde les yeux baissés. Le barbu répond, le regard fixe, qu’il n’a jamais entendu une histoire aussi étrange. Le nouveau venu insiste : alors pourquoi il ne la raconte pas ? Vu qu’en plus il se trouve qu’ils ont un sage prêtre avec eux – le jeune barbichu qui s’obstine à garder les yeux baissés.

Le jeune prêtre lève enfin les yeux et se tourne pour répondre : non, même le plus renommé des sages prêtres du temple de Kiyomizu n’aura entendu une histoire aussi étrange que celle-ci. Le troisième homme s’étonne : alors le prêtre connaîtrait l’histoire étrange lui aussi ? Le jeune prêtre répond que le vieil homme et lui-même viennent juste de la voir et de l’entendre en personne. Le troisième homme demande où. Le prêtre répond, dans les jardins du palais de justice. Le troisième homme s’étonne : du palais de justice ? Le prêtre soupire et détourne les yeux : un homme a été assassiné.

Le troisième homme sourit : seulement un ? et alors ? Rien qu’en haut de ce portail, on peut trouver pas moins de cinq ou six cadavres non réclamés. Le troisième homme retire sa chemise détrempée. Le prêtre l’admet : en effet, les guerres, les tremblements de terre, les tempêtes, les incendies, les famines, les pestes… année après année, rien d’autres que des catastrophes ; et des bandits qui nous tombent dessus chaque nuit — il a vu tant d’hommes tués comme des insectes, et pourtant il n’a jamais entendu d’histoire aussi horrible que celle-ci. Puis le jeune prêtre regarde le barbu et à nouveau dans le vide, et réalise à voix haute que cette fois il pourrait définitivement perdre sa foi en l’âme humaine. C’est pire que les bandits, les pestes, les famines, les incendies, ou les guerres.

Le troisième homme interrompt le jeune prêtre : assez de sermon, l’histoire semble intéressante, au moins tant qu’il sera à l’abri de la pluie, mais si c’est un sermon il préfère encore écouter la pluie tomber. Puis il va arracher deux planches à la façade et les brise en petits morceaux. Le vieux barbu se lève et déclare que peut-être que l’autre saura comprendre, parce que lui ne comprend aucun des trois. Le troisième homme demande au barbu quels trois. Le barbu s’accroupit : il va le lui dire.

Le vieux barbu commence alors son récit : c’était il y a trois jours. il était allé ce matin-là dans la forêt chercher du bois, marchant sa hache sur son épaule, franchissant assuré les obstacles et les détours tandis que le soleil brillait à travers les branches dans un ciel avec peu de nuages. Plus il avance, plus il écarte des branches, quand soudain il tombe en arrêt sur un chapeau de femme riche et le voile posé sur une branche. Il touche le voile, reprend la route, plus circonspect. Alors il tombe sur un bonnet de samouraï abandonné à terre, il la ramasse. Il fait encore quelque pas et tombe sur une corde. Plus loin, il y a petit sac blanc abandonné sur les feuilles -- une amulette. Il va pour la chercher et voit alors un cadavre d’homme, les bras en l’air saisis par la rigidité cadavérique. Le paysan pousse un hurlement et prend la fuite : il doit prévenir la police.

***

Chroniques de la Science-fiction du 13 septembre 2021e

Chroniques de la Science-Fiction #2021-09-06 (2021)

Téléchargez ici l'exemplaire gratuit .pdf 28 pages A5 couleurs.

Ici bientôt l'index de toutes les Chroniques de la Science-fiction de 2021

Sorti le 15 septembre 2021 (première édition).

De David Sicé.

Les Chroniques sont une rubrique du fanzine l’Étoile étrange. Cette rubrique paraîtra désormais séparément pour tenir le rythme hebdomadaire de l'actualité de la Science-fiction même si le numéro complet de l’Étoile étrange n'est pas bouclé. Les numéros ont vocation à sortir rétroactivement et par anticipation, et donc à être mis à jour quand l'activité n'est pas complètement couverte.

Au sommaire, l'actualité de la semaine du 6 septembre 2021, plus les critiques de Nighbooks 2021, Prisoners Of The Ghostland 2021, Bad Candy 2021, Y The Last Man 2021, Perfect Blue 1998, #Alive 2020 et Alone 2020.

***