Jungle Cruise, le film de 2021Feu orange cinéma

Jungle Cruise (2021)
Traduction : La croisière Jungle.

Annoncé aux USA pour le 30 juillet 2021 sur DISNEY MOINS (à la demande), reporté de 2020.

De Jaume Collet-Serra, sur un scénario de Michael Green, Glenn Ficarra, John Requa, John Norville, Josh Goldstein, d'après l'attraction de 1955 des parcs Disneyland inspiré du film de 1951, The African Queen. Avec Dwayne Johnson, Emily Blunt, Jack Whitehall, Edgar Ramírez, Jesse Plemons.

Pour adultes et adolescents.

Toutes les légendes sont nées de la vérité. De l’Amazone est née la légende des larmes de la Lune : un seul pétale (NDR : rose évidemment) du Grand Arbre pourrait guérir n’importe quelle maladie, briser n’importe quelle malédiction. Aucun ne fut plus fameux que la légende du Conquistadore Don Lope de Aguirre, déterminé à posséder le pouvoir de la Larme. Mais la jungle protégeait les larmes. L’histoire vous dira que son périple tourna à l’échec. Mais la légende dit davantage : il fut trouvé par les gardiens de l’Arbre (NDr : le Grand) et ramené à la vie, qu’il demanda que ceux-ci lui remettent la Pointe de Flèche sacrée, clé pour retrouver les larmes de la Lune ; que Aguirre attaqua mais la Jungle se défendit et Aguirre et ses hommes furent capturés, maudits et ne revirent jamais la rive, incapables de quitter la jungle comme de mourir... selon la légende.

Londres, Angleterre 1916. Un auditorium, parcimonieusement éclairé par la lumière du jour filtrée par les vitraux.

« Nous savons qu’ils ont disparus ici dans la région des Lagrimas de Cristal (des Larmes de Cristal) et c’est ici que nous trouverons la source véritable de la légende, un arbre qui possède des pouvoirs inégalés de guérison... mes estimés collègues, je vous assure que la fameuse légende des larmes de la Lune n’est pas un mythe, mais la vérité scientifique, une vérité scientifique qui pourrait révolutionner la médecine moderne en soignant les maladies qui frappent nos villes, et en sauvant nos soldats dans les tranchées des balles germaniques... »
Assise parmi le public sur la mezzanine, une jeune femme chuchote les mots du conférencier au même moment où il les prononce, et qu’il se contente de lire sur ses petits cartons, à l’écriture féminine.

Le (jeune) conférencier reprend : « Je viens aujourd’hui demander l’accès à vos archives privées, incluant une ancienne pointe de flèche récemment retrouvée de l’expédition perdue du Dr. Albert Falls. La pointe de flèche représente la pièce manquante qui permettra enfin de déchiffrer la position de la pause pour un effet dramatique... » Le conférencier hésite alors, puis achève : « ... des Larmes de la Lune. »

Un homme lui répond alors dans la docte assistance siégeant au bas de l’estrade : « Vous avez fait votre demande, M. Houghton, et la réponse demeure, emphatiquement... non. »

***