Chapeau Melon et Bottes de Cuir, la saison 4 de la série télévisée de 1961Feu vert télévision

The Avengers S04E07: The Cybernauts (1965)
Traduction du titre original : Les navigateurs cybernétiques.

Épisode précédent <> Épisode suivant

Ici l'article de ce blog sur la série télévisée Chapeau Melon et Bottes de Cuir (1961)

Noter que cet épisode est aussi numéroté S04E03 et S04E05

Quatrième saison noir et blanc.
Diffusée en Angleterre le 16 octobre 1965 sur ITV1.
Diffusée en France le 27 mai 1973 ORTF 2 FR.
Sorti en blu-ray anglais région B coffret 7 BR (image excellente 1080p format original 1:33; anglais et allemand sous-titré anglais, LPCM 2.0 correct, nombreux bonus)
Sorti en coffret blu-ray français le 20 octobre 2015 (commentaires des épisodes manquants, petits problèmes de vitesse et de portions manquantes dans les versions françaises).

De Brian Clemens. Avec Patrick Macnee, Diana Rigg,

Pour adultes et adolescents.

Un stylo plume posé sur une table de travail à côté d’un carnet et d’un cahier ouvert. Puis le fracas d’une fenêtre qu’on enfonce ; comme un coup de fouet et une table qui se renverse. Un homme hagard se précipite dans le bureau. Il se retourne, comme plusieurs coups de fouet retentissent suivi du bruit d’une porte que l’on enfonce.

L’homme, d’abord figé, s’empresse de refermer et bloquer les deux ventaux de l’entrée de son bureau. Puis il tente de les bloquer avec un divan, puis comme les ventaux bougent, il tire plusieurs fois au revolver dans la porte. Il se précipite au téléphone, composer un numéro, mais un poing ganté enfonce la porte, avec le même bruit de fouet. L’homme lâche le combiné, décroche un fusil de chasse au mur, le charge, le vide sur son agresseur qui vient de forcer l’entrée. L’agresseur lui décoche un coup de poing si violent que l’homme s’écroule, les yeux exorbités, la nuque brisée. Puis le meurtrier ramasse le stylo-plume sur le bureau et le brise entre ses doigts. Au téléphone, l’opératrice des urgences demande quel service on demandait…

Steed entre dans le bureau, repoussant de la pointe du soulier les débris de la porte ; il va jusqu’au bureau et jauge la silhouette dessinée sur le tapis au bas de la table de travail – puis il ramasse le fusil de chasse posé dessus : le canon en est complètement tordu. Alors Emma Peel l’appelle pour lui demander où il se trouve, et Steed répond, dans le bureau. Emma Peel arrive, très surprise par les portes défoncées au milieu du chemin. Puis elle s’étonne du fusil et demande à Steed si c’est pour l’homme qui a déjà tout. Steed répond en pointant le canon tordu dans son dos : c’est pour tirer un dernier coup – bang ! Puis il ajoute en montrant le fusil à Emma que c’est unique : de quelque côté qu’on cible, on atteindra toujours le chandelier…

Emma a apporté le dossier que lui réclamait Steed et propose de récapituler : première victime – Walter Carlson, retrouvé mort dans son appartement au cinquième étage, crâne fracturé ; numéro deux – Andrew Denham dans son appartement en terrasse au sixième étage, crâne fracturé ; et la nuit dernière, Samuel Hammond… Non pas le crâne fracturé comme a cru Steed, mais la nuque brisée. Tous étaient directeurs d’entreprises d’ingénierie électromécanique parmi les mieux côtées. Or pour Emma, il y en a peu qui atteigne des sommets sans se faire d’ennemis. Elle propose donc le mobile d’une vengeance. Mais Steed objecte : les tueurs professionnels utilisent rarement un bélier – quiconque est entré par la porte de bureau était dans une folie furieuse…

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Rencontre du Troisième Type, le film de 1977 Feu orange cinéma

Close Encounter Of The Third Kind (1977)
Traduction du titre original : Rencontre à courte distance du troisième type.

Attention, ce film existe au moins en trois montages : original cinéma 1977, Special Cut 1980, VHS et Laserdisc 1998.

Sorti aux USA le 16 novembre 1977.
Sorti en France le 28 février 1978.
Sorti en Angleterre le 14 mars 1978.

Sorti en blu-ray français coffret 2 BR 30ème anniversaire le 5 novembre 2007 - 3 montages (probablement identique à l'édition américaine)
Sorti en blu-ray américain coffret 2 BR 30ème anniversaire le 13 novembre 2007 - 3 montages (multi-régions, anglais DTS HD MA 5.1, français Dolby True HD 5.1, image et son excellents).
Sorti en blu-ray français coffret 2 BR 30ème anniversaire le 8 novembre 2010 - 3 montages (probablement identique à l'édition américaine)
Sorti en blu-ray américain simple BR 30ème anniversaire le 14 février 2011 - 3 montages (multi-régions, identique à l'édition précédente, sans le BR de bonus).
Sorti en blu-ray français coffret 2 BR Ultimate Metal 30ème anniversaire le 24 février 2016 - 3 montages (probablement identique à l'édition américaine)

De Steven Spielberg (également scénariste) ; avec Richard Dreyfuss, François Truffaut, Teri Garr, Melinda Dillon, Bob Balaban, J. Patrick McNamara, Warren J. Kemmerling, Lance Henriksen, Justin Dreyfuss.  

Pour adultes et adolescents.

Une tempête de sable dans le désert de la Sonora au Mexique, de nos jours. Des hommes descendus d’un 4x4 et se protégeant la bouche marchent le long d’une clôture rudimentaire. L’un d’eux, un français nommé Lacombe, demande en anglais à des policiers mexicains s’ils sont les premiers arrivés. Ils ne le comprennent pas. Lacombe tente alors de s’exprimer en espagnol et le policier (édenté) se met à parler très vite. Il finit par le suivre jusqu’à un portail.

Ils sont rejoints par d’autres hommes et Lacombe arrivé leur demande s’ils ont un interprète avec eux. Un barbu s’avance, mais explique qu’il est seulement cartographe. Lacombe lui demande s’il peut traduire du français à l’anglais, puis de l’anglais au français. Le barbu confirme : il vient d’ailleurs d’expliquer au chef d’équipe à la villa Hermosa qu’ils avaient été pris par surprise. Le premier homme demande cette fois en français s’il est monsieur Logli, et l’autre confirme : Laughlin. Lacombe demande ensuite depuis combien de temps Laughlin travaille sur le projet. Avec un fort accent canadien, Laughlin répond depuis le début – et qu’en fait il a vu Lacombe à la conférence Montsoreau qui se termina bien, surtout pour Lacombe. Puis li présente au français ses félicitations, si ce n’est pas trop tard.

Un militaire arrive pour les alerter qu’ « ils » sont tous là. Tous les hommes convergent vers le portail, qui donne sur une casse automobile. Ils accourent auprès d’un avion posé au milieu, à la cocarde états-unienne, à la recherche de traces d’atterrissage – puis inspectent deux autres avions identiques posés à côté, puis un quatrième et un cinquième. Lacombe crie alors qu’il veut que les numéros de moteurs soient relevés, et Laughlin traduit. Des militaires grimpent sur l’épaule d’autres pour regarder derrière l’hélice de chaque avion.

Finalement, Laughlin demande à Lacombe ce qui se passe. Lacombe répond que c’est le vol 19 – une mission d’entrainement aérien décollé de Fort Lauderdale – ils tiraient sur un vieux navire. Laughlin s’étonne : qui vole encore à bord de tels coucous ? Lacombe répond : personne – ces avions ont disparu en 1945. Laughlin objecte : mais tous les avions ont l’air flambant neuf ! Et comme Lacombe ouvre le cockpit et découvre des photos neuves d’une épouse et d’enfants des années 1940 glissés dans le tableau de bord, Laughlin demande où sont les pilotes. Lacombe fouille sous le tableau de bord et trouve un calendrier de 1945 d’une société de Pensacola en Floride, ouvert au mois de mai. Puis quelqu’un enclenche le contact : la batterie fonctionne, il y a du carburant – l’hélice se met à tourner.

Le policier mexicain vient alors chercher Lacombe pour le conduire auprès du vieux patron de la casse, qui semble en état de choc ; Lacombe proteste : il ne comprend pas l’espagnol. Mais un membre de son équipe traduit : le patron a vu ce qui s’est passé la nuit d’avant. Le petit vieux ne répond pas, mais Lacombe examine son visage : il est bronzé d’un côté et pas de l’autre. Lacombe s’interroge : un coup de soleil. Alors le vieux se met à répéter que le soleil s’est levé la nuit d’avant, et qu’il a chanté pour lui…

***

Chapeau Melon et Bottes de Cuir, la saison 4 de la série télévisée de 1961 Feu vert télévision

The Avengers S04E06: Too Many Christmas Trees (1965)
Traduction du titre original : Trop d'arbres de Noël.

Épisode précédent <> Épisode suivant

Ici l'article de ce blog sur la série télévisée Chapeau Melon et Bottes de Cuir (1961)

Noter que cet épisode est aussi numéroté S04E13 et S04E04

Quatrième saison noir et blanc.
Diffusée en Angleterre le 25 décembre 1965 sur ITV1.
Diffusée en France le 21 septembre 1973 ORTF 2 FR.
Sorti en blu-ray anglais région B coffret 7 BR (image excellente 1080p format original 1:33; anglais et allemand sous-titré anglais, LPCM 2.0 correct, nombreux bonus)
Sorti en coffret blu-ray français le 20 octobre 2015 (commentaires des épisodes manquants, petits problèmes de vitesse et de portions manquantes dans les versions françaises).

De Brian Clemens. Avec Patrick Macnee, Diana Rigg,

Pour adultes et adolescents.

Steed endormi rêve de clochettes de Noël. En pyjama, il marche pieds nus dans la neige, un parapluie blanc à la main et un chapeau melon blanc sur la tête. Il arrive à un champ de sapins de Noël en balsa peint, décoré avec des étoiles géométriques pailletées et de boules de Noël. Circonspect, il avance parmi les faux arbres et arrive face à un grand panier remplis de paquets enrubannés, ce qui le fait sourire.

Sur l’un des paquets, il y a une carte « Joyeux Noël, John Steed », alors Steed défait le ruban, ouvre le paquet et découvre une photo de lui grand format avec un cadre ornementé. Le cadre ornementé devient celui d’un miroir dans lequel Steed se reflète, et un Père Noël au masque hideux apparait derrière lui et lui fait signe de le suivre. Le père Noël hideux l’emmène jusqu’à un lit à baldaquins d’où pendent deux longues chaussettes remplies de friandises et pétards. Les deux chaussettes deviennent celles d’un homme en pyjama, qui gît sur son lit, les yeux exorbités. Le Père Noël hideux éclate alors d’un rire sinistre, qui n’en finit plus.

On sonne à la porte de Steed, qui sort de sa chambre en robe de chambre, presque hagard. Dans son salon se dresse un arbre de Noël entièrement décoré. On sonne encore à sa porte. Steed remarque alors les vêtements épars dans la pièce. On sonne encore ; il va enfin ouvrir : c’est Madame Peel, une bouteille de lait à la main.

Comme il la fait entrer, Emma Peel l’avertit : elle est là pour faire une collecte pour les bonnes œuvres et a l’intention de le délester d’au moins cinquante Guinées. Steed lui répond qu’il doublera le don si Emma parle un tout petit peu plus bas. Emma remarque le désordre du salon et remarque que quelqu’un a commencé à fêter Noël tôt. Elle propose donc du café noir, et Steed la remercie. Pendant qu’Emma prépare le café dans la cuisine, Steed sort un coupe-chou d’un tiroir – renonce pour lui préférer un rasoir électrique. Haussant le ton pour se faire entendre, Emma demande depuis la cuisine : c’était la fête de qui ? Quelqu’un qu’elle connait ? Steed lui répond que ce n’était pas une fête, juste un dîner tranquille avec un vieil ami. Emma demande alors si le vieil ami était une blonde, une brune ou une rouquine.

Steed entre dans la cuisine et répond : rose brillant – le Vice Admiral Keevers, aussi chauve que le coude d’un petit bébé. Emma constate alors que cela devait être un dîner vraiment tranquille alors, et Steed répond « sauvage ». Emma s’étonne, mais Steed précise qu’il parle de l’infusion qu’il souhaiterait, au thym sauvage, avec du sucre. Comme Emma prépare l’infusion, elle réplique que vice-amiral ou pas, Keevers a entraîné Steed dans une orgie d’excès. Steed répond qu’il n’a pas eu cette chance : le vieux garçon a 73 ans – ils ont seulement bu la moitié d’un Claret, un verre de porto et ce fut tout. Emma tend à Steed sa tasse et répond qu’il ne peut blâmer les heures supplémentaires. Puis Steed manque de faire tomber sa tasse et cette fois Emma s’inquiète pour de vrai et lui demande ce qui ne va pas.

Steed répond que tout va bien, que ce n’est rien du tout. Emma insiste : Steed ne doit pas souffrir en silence ; il doit lui dire ce qui ne va pas. Steed répond que ce n’est rien : c’est seulement qu’il n’a pas très bien dormi depuis plus ou moins une semaine ; il fait des cauchemars. Emma pose sa main sur le front de Steed et constate qu’il n’a pas de fièvre – elle en déduit ironiquement que ce doit être son passé qui le rattrape. Steed réplique que si c’était le cas, ce serait du plaisir ; alors que c’est terrifiant – toujours le même cauchemar, avec des variations. Emma demande alors quel genre de cauchemar. Steed répond : un cauchemar de Noël…

Chapeau Melon... S04E06: Faites de beaux rêves (1965)

Chapeau Melon... S04E06: Faites de beaux rêves (1965)

Chapeau Melon... S04E06: Faites de beaux rêves (1965)

Chapeau Melon... S04E06: Faites de beaux rêves (1965)

Chapeau Melon... S04E06: Faites de beaux rêves (1965)

Chapeau Melon... S04E06: Faites de beaux rêves (1965)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Into The Badlands, la série de 2015Feu orange télévision

Into The Badlands S01E02: Fist Like a Bullet (2015)
Traduction du titre original : Dans les Mauvaises Terres : Un poing comme une balle.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série télévisée Into The Badlands (2015)

Diffusé aux USA le dimanche 22 novembre 2015 sur AMC US.

De Alfred Gough et Miles Millar ; avec Daniel Wu, Aramis Knight, Emily Beecham, Sarah Bolger, Orla Brady, Marton Csokas, Ally Ioannides, Madeleine Mantock, Benjamin Papac, Mike Seal, Oliver Stark.

Pour adultes.

La Veuve fait son entrée dans le bar enfumé où des danseuses exotiques se trémoussent aux quatre coins. La Veuve marche jusqu’à la table de Teague, un barbichu entouré de jeunes femmes et constate que c’est ainsi que son ancien intendant dépense l’argent qu’il a détourné des champs de pétrole qu’il administrait. Teague semble peu impressionné, puis tente de s’emparer d’un katana mais La Veuve le désarme en un éclair. Les filles s’en vont, et La Veuve s’assoit en face de lui, et se penche pour lui susurrer de se détendre : si elle était venue pour le tuer, ils ne seraient pas là à parler. Teague lui répond qu’elle perd son temps – et l’appelle Minerva.

La Veuve rétorque que Minerva – cette personne – n’existe plus. Puis elle remarque qu’elle n’est pas venue ressasser le passé mais discuter du futur. Teague rétorque qu’elle n’a aucun futur : il le lui a dit lorsqu’il l’a quittée – ce n’était qu’une question de temps avant que les autres Barons ne s’attaquent à elle, et qu’ils ne la laisseraient pas leur couper l’approvisionnement en pétrole. La Veuve réplique que les barons la reconnaissent comme l’une des leurs. Tous sauf Quinn.

League répond que Quinn est le baron le plus puissant avec la plus grande armée d’assassins (Clippers) : les autres ont beau le détester, mais ils n’iront jamais le contrarier. La Veuve répond que c’est justement pour cela qu’ils doivent abattre Quinn : une fois Quinn hors-jeu, les autres barons suivront. Et elle propose à Teague de lui revenir, et qu’ils reprennent tout à zéro. Teague a un sourire en coin et commence à boire un cocktail. La Veuve remarque alors parmi les clients un homme qui porte une machette. Puis de l’autre côté de la salle, un autre lance une hachette. La Veuve se baisse et la hachette s’enfonce en plein front de Teague. Les clients du bar se mettent à crier.

Le lanceur de hachette dégaine alors une machette – et les deux hommes se jettent sur la Veuve, qui esquive les coups et enfonce un pic à glace dans le coup du lanceur de hachette. Puis elle dégaine deux couteaux qu’elle lancent dans la poitrine du même. Le lanceur de hachette s’effondre, elle récupère ses couteaux et les renvoient dans la poitrine de son autre agresseur. Trois autres hommes jaillissent de parmi les clients pour attaquer la jeune femme rousse, tandis qu’elle dégaine deux autres couteaux.

La Veuve esquive le premier, fait tomber les deux autres à coup de pieds, puis du sol plante une fois son couteau dans le pied du premier, puis en se relevant dans les côtes, puis dans le cou. L’homme s’effondre dans une gerbe de sang. Elle plante ensuite le second des trois, le projetant sur une table, puis elle lacère le troisième. Déjà deux autres arrivent. La Veuve saute sur le bar et du pied lui balance une bouteille à la figure. Elle tue un assassin de plus puis pose sa botte sur la gorge du survivant, lui demandant qui les a embauchés. L’homme râle que c’est le fils de Quinn, Ryder. La Veuve répond qu’elle ne pensait pas que Ryder en aurait l’imagination, et que l’honnêteté de l’assassin est très appréciée. Puis elle lui enfonce son talon aiguille dans la gorge.

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***