Starfix numéro 6 de juillet 1983

Starfix #6 (1983)

Sorti en France en juin 1983 - 84 pages, 15F.

L'édito

Doug Headline commence par lister les "vilains" du milieu du cinéma : les distributeurs vidéos adeptes du pan-and-scan qui coupent le tiers gauche et le tiers droit des films pour les faire entrer dans l'écran 4:3 du client ; les distributeurs de cinéma qui refusent de sortir sur les écrans français plusieurs comédies américaines dont Le prisonnier de Zenda avec Peter Sellers et Vidéodrome, les incapables et faux érudits qui infestent les secteurs professionnels "artistiques" (donc le milieu du cinéma français, presse comprise).

Puis c'est une lettre d'amour un peu vache au Festival de Cannes 1983 - horreur architecturale du nouveau palais des Festivals, le photographe de Starfix Allan Howart qui a reçu un coup de matraque dans la figure, le refus snob d'attribuer des prix à l'Année de tous les dangers et Furyo, mais aussi l'abondance et la diversité des projections, les rencontres et interviews - "un des centres d'échanges culturels les plus intenses de la planète pendant quelques jours bénis".

***

Actualité

Barry Lyndon (ressortie)

Spartacus (ressortie).

Le Convoi 1978 (ressortie, Convoy).

Le roi des singes (animé 1961/1965, Sun Wun Kong)

Outland... Loin de la Terre (1981, Outland) (ressortie)

***

Les cotations

Les aventuriers du bout du monde

Le convoi

Creepshow

Dar l'invincible

Outland... Loin de la Terre (1981, Outland)

Le roi des singes

Le sens de la vie

Zombie

***

Les sorties

Juillet 1983

Cujo

Chair pour Frankenstein (ressortie)

Les guerriers de la nuit (ressortie, première fois en version intégrale)

The Hunger (séance de minuit à Cannes 1983)

Août 1983

Tonnerre de feu

Superman III

Zapped

Le trésor des quatre couronnes

Septembre 1983

L'homme aux deux cerveaux

Time Rider

***

Le choc du mois

Creepshow

***

Interview

Peter Weir

***

Articles

Monty Python: Le sens de la vie

Superman III

Rolling Stone Live

La Quatrième dimension, le film

***

Dossier

Creepshow

***

Magazine

Actualité vidéo

La rage du tigre

Les griffes de jade

Piranhas

Bandes dessinées

La jeunesse de Corto Maltese 1905-1906, chez CASTERMAN

John Law

Wonder Woman #305

X-Men #172

Livres

Roger Corman, de Stéphane Bourgoin (essai), chez Edilig

L'année 1982-1983 de la Science-fiction et du Fantastique, de Daniel Riche, chez Temps Futur.

La fleur sacrée de H. Rider Haggard, chez NEO (2 volumes)

Le retour du Jedi, novelllisation de James Kahn (édition complète et junior abrégée)

Série B, de Pascal Merigeau et Stéphane Bourgoin (essai) chez Edilig

The Avengers (la série de 1961 - essai de Dave Rogers, chez ITV BOOKS).

Disques

Dar l'Invincible (The Beast Master - La bande originale)

Vidéoclips

Beat It (Michael Jackson)

Legendary Hearts (Lou Reed)

Breakaway (Tracy Ullman)

Hey Little Girl (Icehouse)

Psychotherapy (The Ramones)

***

Donnez votre avis sur ce numéro en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

La quatrième dimension, le film de 1983Feu orange cinéma

Twilight Zone: The Movie (1983)

Sorti aux USA le 24 juin 1983.
Sorti en Angleterre le 1er septembre 1983.
Sorti en France le 1er février 1984.
Sorti en blu-ray américain le 9 octobre 2009 (multi-régions, français inclus)

De John Landis (également scénariste), Steven Spielberg, Joe Dante et George Miller, d'après les épisodes de la série la Quatrième Dimension / The Twilight Zone (1959) écrits par George Clayton Johnson, Richard Matheson, Melissa Mathison, Jerome Bixby ; avec Dan Aykroyd, Albert Brooks, Vic Morrow, Bill Mumy, John Lithgow, Priscilla Pointer, Jeremy Licht, William Schallert, Dick Miller, Kevin McCarthy.

Pour adultes et adolescents.

Une voiture serpente sur une rue déserte au crépuscule. Le chauffeur et le passager chantent avec entrain sur une chanson de Country dont le refrain répète que « le film spécial de minuit jette sa lumière sur moi ». Mais le tour de chant est interrompu par la cassette audio qui casse. Le conducteur lui propose de lui raconter à la place des histoires qui font peur… Puis il propose de rouler sans lumière jusqu’à ce que l’un des deux craquent. Le passager proteste : c’est dangereux, quelqu’un pourrait arriver d’en face et…

Le conducteur rallume les lumières, et lui propose un jeu où si le passager réussit à répondre à trois questions, il pourra prendre le volant. Ils commencent par une série de génériques télévisées dont il faut deviner le titre. Mais le passager cale sur le générique de « National Géographique ». Puis c’est au tour du chauffeur de caler sur Hawaï Police d’État. Alors le passager lui demande s’il a déjà vu la Quatrième Dimension et le chauffeur s’enthousiasme immédiatement. Ils citent trois épisodes, celui avec les lunettes cassées, celui du mannequin…, et le passager lui demande s’il veut voir un truc qui fait vraiment, vraiment peur : il demande alors que le conducteur range la voiture sur le côté et le conducteur finit par accepter. Le passager se retourne et…

Vous déverrouillez cette porte avec la clé de l’Imagination ; au-delà, il y a une autre dimension du son, de la vue de l’esprit, vous avancez dans un pays à la fois d’ombre et de substance, de choses et d’idées : vous venez d’embarquer pour la Zone Crépusculaire… Un homme amer, solitaire, William Connor, dont la haine va le catapulter dans la Zone Crépusculaire.

Connor entre dans un diner et y retrouve deux de ses amis : il leur déclare qu’il n’a pas eu sa promotion, qui est allée à un juif. Comme Connor force la serveuse à s’asseoir sur ses genoux, elle lui demande de la lâcher… Connor insiste : il valait mieux que ce Gorman. Puis il commence à insulter les noirs, alors qu’il y a des clients de couleurs à la table voisine. Puis il se plaint qu’une banque japonaise soit propriétaire de sa maison. Un des clients voisins finit par se lever et lui faire remarquer qu’il peut penser ce qu’il veut mais qu’il n’a pas à obliger les autres à l’écouter. Alors Connor part d’une grande tirade sur le fait qu’il aime sa nation, et que sa nation lui avait demandé de tuer des japonais et qu’à présent les japonais sont propriétaires de sa maison : Connor affirme qu’il est meilleur que les juifs et que sa promotion lui était due, et qu’ils n’ont qu’à réfléchir là-dessus pendant qu’il va faire un tour aux toilettes.

Sauf que la porte des toilettes donne sur la France occupée des années 1940, où une patrouille SS le prend pour un juif français...

La quatrième dimension, le film de 1983

La quatrième dimension, le film de 1983

La quatrième dimension, le film de 1983

La quatrième dimension, le film de 1983

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

WarGames, le film de 1983Feu vert cinéma

Wargames (1983)
Traduction du titre original : Jeux de Guerre.

Sorti aux USA le 3 juin 1983.
Sorti en France le 14 décembre 1983.
Sorti en blu-ray américain le 21 août 2012 (multi-régions, version française incluse)
Sorti en blu-ray français le 2 janvier 2013.

De John Badham. Avec Matthew Broderick, Ally Sheedy, John Wood, Kent Williams, Dennis Lipscomb, Joe Dorsey, Irvin Metzman.

Une maison isolée dans le blizzard. Deux hommes entrent, se placent devant le miroir sans tain, et un soldat caché derrière les fait entrer – c’est la relève. Ils prennent un ascenseur discutant de choses et d’autres, arrivent dans un tunnel, passent une porte blindée avec un code d’entrée, et les voilà aux commandes des pupitres illuminés d’un lanceur de missiles atomiques. Ils viennent à peine de prendre leur service qu’ils reçoivent un message urgent leur dictant des codes d’authentification dont ils trouvent la validation dans un coffre blindé. Ils entrent les codes de préparation au lancement, puis la procédure de sélection des cibles. Ils déclenchent ensuite le compte-à-rebours et les missiles sont activés. L’un des deux hommes commence à paniquer et veut avoir quelqu’un au téléphone avant de tuer 20 millions de personnes, mais il n’obtient personne. Arrive le moment de lancer les missiles et le soldat refuse de tourner sa clé pour déclencher le lancement.


Plus tard au NORAD, le centre souterrain d’opération de combat une délégation arrive : Cabot et Watson sont venus seuls, sans sénateur au sujet de l’incident : les soldats n’avaient aucun moyen de savoir que c’était un test, et cela fait 22% de missiles non lancés. Pour John, il faut éliminer l’élément humain du système, on ne peut se permettre de ne pas obéir à l’ordinateur. On le corrige : au président des états-unis. Il corrige, le président des états-unis suivra l’ordre de l’ordinateur. John insiste pour faire une démonstration : l'ordinateur WOPR – War Operation Plan Response (Réponse planifiée aux opérations de guerre) – un ordinateur qui ne cesse de calculer la Troisième Guerre Mondiale, jouant à des Jeux de guerre permanents fabriqués à partir de toutes les données rassemblées. Et ce champion stratégique est à la mercie d’une défaillance humaine. Le général n’est pas d’accord : il ne veut pas confier son sort à une machine. John fait remarquer qu’il ne s’agit pas de confier leur sort à une machine mais de ramener le pouvoir au centre de commandement.

Dans une salle d’arcade, le jeune David Lightman s’amuse à dégommer des envahisseurs de l’espace. En retard à l’école, David reçoit en guise de cadeau son dernier devoir de Biologie avec la pire note qui soit, un F. De la même manière, Jennifer, l’une des plus jolies filles de la classe reçoit à son tour un F. Et comme le cours aborde le sujet de la reproduction asexuée, les élèves ricanent à qui mieux mieux et comme le professeur demande à David qui a le premier envisagé la reproduction asexuée, David répond que c’est l’épouse du professeur. Convoqué chez le directeur, David profite de sa courte attente pour prendre note du dernier mot de passe pour accéder aux ordinateurs de l’administration de son école, que la secrétaire a tout simplement noté sous son bureau. Après les cours, Jennifer vient s’excuser de l’avoir fait punir à force de rire de ses plaisanteries. Comme elle le raccompagne en vélomoteur, elle constate qu’ils vont se retrouver à l’école d’été compte tenu de leurs très mauvaises notes, mais David se vante que cela ne sera pas son cas. Jennifer suit David dans sa chambre tandis que les parents ne sont pas là, et David s’empresse de ranger les vêtements et autres caleçons épars. Jennifer constate que David adore les ordinateurs. À l’aide de son téléphone, David se connecte aux ordinateurs de l’école, utilisant le mot de passe volé. Il entre dans la base des notes des élèves et transforme son F en C. Puis il recherche le dossier de Jennifer et se met à changer les notes de la jeune fille, qui refuse et exige qu’il rétablisse la véritable note. Puis elle s’en va sur le champ. À peine la jeune fille partie, David change cette fois le F de la jeune fille en un A, la meilleure note possible.

Le pupitre de contrôle des missiles est désormais entièrement automatisés. Chez lui, pendant le dîner, David découvre dans un magazine une publicité de chez Protovision annonçant de nouveaux jeux vidéos extraordinaires. Après le dîner, David se renseigne sur les préfixes téléphoniques de la zone géographique de l’entreprise Protovision. Ensuite il fait composer automatiquement les numéros par son ordinateur… Le lendemain, Jennifer vient retrouver David à la salle d’arcade. Elle a changé d’avis, elle veut que David change sa note pour de bon, et David fait le difficile. Arrivés dans sa chambre, Jennifer constate que l’écran d’ordinateur de David est rempli de numéro de téléphone. Il explique à la jeune fille que le mois prochain sortiront les jeux vidéos de Protovision, alors il appelle tous les numéros de Sunnyvale, la ville de la firme, pour tomber sur l’ordinateur qui contiendra les programmes. Et il fraude pour ne pas payer la facture téléphonique. Puis comme Jennifer s’impatiente, il lui avoue qu’il lui a déjà changé sa note. Quand il examine les résultats de sa recherche, David constate qu’il a déjà le numéro de la PANAM et commande des billets Chicago Paris pour le 18 août. Ce ne sont que des réservations cependant. Puis il essaie un autre numéro qui refuse de s’identifier, et david n’a pas le bon mot de passe. Il essaie de demander de l’aide. Il n’y en a pas. Alors il demande l’aide des jeux, et l’ordinateur lui répond que les jeux sont des modèles de simulation stratégique. David demande alors la liste des jeux, et la liste qui comprend Poker et Échecs, se conclue par la Guerre Thermonucléaire Globale. David va alors consulter des informaticiens plus âgés, qui concluent qu’il s’agit de programmes militaires. David est persuadé qu’il pourra trouver un moyen d’y jouer, et voudrait un conseil pour contourner les défenses. Les informaticiens lui répondent de se renseigner sur celui qui a conçu ces programmes, et à partir des informations, il lui faudra déduire le mot de passe que le créateur des jeux a forcément laissé derrière lui pour entrer discrètement dans le système. Cependant David ignore tout du nom du créateur des jeux, mais il y en a un dans la liste, qui porte un nom propre : Le jeu de Falken.

WarGames (1983), photo

WarGames (1983), photo

WarGames (1983), photo

WarGames (1983), photo

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

Star Wars 6: Le retour du Jedi, le film de 1983Feu orange cinéma

Star Wars: Episode VI - Return of the Jedi (1983)

Attention, ce film existe en de nombreuses versions fortement altérées image et son : originale cinéma, VHS et Laserdisc ; Édition spéciale 1997 altérée, édition 2004 altérée (Hayden Christensen apparait dans le rôle d'Anakin) ; blu-ray 2011 altérée (scènes de liesse interplanétaires).

Sorti aux USA le 25 mai 1983.
Sorti en Angleterre le 2 juin 1983.
Sorti en France le 19 octobre 1983.
Sorti en DVD américain édition spéciale le 21 septembre 2004 (altéré)
Sorti en DVD américain édition spéciale le 12 septembre 2006 (altéré, Hayden Christiansen)
Sorti en blu-ray américain coffret Original Trilogy le 16 septembre 2011 (altéré, liesse interplanétaire).
Sorti en blu-ray américain coffret métal le 10 novembre 2015 (altéré, liesse interplanétaire).

De Richard Marquand ; sur un scénario de Lawrence Kasdan et de George Lucas ; avec Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher, Billy Dee Williams, Anthony Daniels, Peter Mayhew, Sebastian Shaw, Ian McDiarmid, Frank Oz, James Earl Jones, David Prowse, Alec Guinness.

Pour adultes et adolescents.

Il y a longtemps, dans une galaxie très, très lointaine… Luke Skywalker est retourné sur sa planète-foyer Tatooine pour tenter de sauver son ami Han Solo des griffes du vil gangster Jabba le Hutt. Luke en sait peu sur le fait que l’Empire Galactique a secrètement commencé la construction d’une nouvelle station spatiale fortifiée encore plus puissante que la première et redoutée Étoile de la Mort. Une fois achevée, cette arme ultime signifiera une fin funeste pour la petite faction rebelle qui lutte pour rétablir la liberté à travers la galaxie…

Au-dessus d’une planète bleue, une lune artificielle aux entrailles encore partiellement exposées. Un croiseur de l’Empire entre à son tour en orbite de la planète, et un vaisseau à trois ailes s’en sépare, escorté de deux chasseurs TIE. S’adressant à la station de commandement de la lune artificielle, l’un des pilotes identifient le vaisseau à trois ailes comme étant le ST-321, et précise qu’ils ont un code d’accès bleu. Puis il annonce qu’ils ont commencé leur approche et demande la désactivation du bouclier de protection de la lune artificielle.

Depuis le pupitre de contrôle de la station de commandement, un opérateur casqué de noir lui répond que le bouclier déflecteur de protection sera désactivé quand ils auront obtenu confirmation du code de transmission du pilote – lequel justement arrive sur son écran vidéo. L’opérateur annonce alors que le pilote est autorisé à poursuivre son approche, et le vaisseau à trois ailes va droit vers l’un des quais d’accostage aménagé dans une corniche et replie deux de ses ailes. Le chef de l’opérateur observe la manœuvre et demande alors d’informer le commandant de la station que la navette du Seigneur Vader est arrivée. En contrebas, sur le quai, une cohorte de Storm Troopers (fantassins de l’Orage) se mettent en position pour présenter les armes, tandis que des gradés au garde à vous forment une allée devant le nez de la navette spatiale posée, aux ailes repliées.

Le seigneur Vader débarque tandis que le commandant de la lune artificielle se hâte de l’accueillir. Coupant court les formules de bienvenue du commandant, Vader rappelle qu’il est là pour remédier au retard pris dans la construction de la station. Le commandant assure alors Vader que son personnel travaille aussi vite qu’ils le peuvent. Ce à quoi Vador répond qu’il peut peut-être trouvé de nouveaux moyens de les motiver. Le commandant insiste alors sur le fait que la station sera opérationnelle à la date prévue, mais Vader réplique que l’Empereur ne partage pas cette évaluation optimiste de la situation. Le commandant objecte que l’Empereur demande l’impossible : le commandant a besoin de davantage de personnel. Vader répond que le commandant pourra lui faire sa demande en personne quand l’Empereur arrivera à son tour. Le commandant est clairement épouvanté et affirme alors qu’ils redoubleront d’efforts. Vader rétorque qu’il espère bien, car l’Empereur n’est pas aussi accommodant que lui.

Sur Tatouine, l’androïde de protocole Z6PO et le robot navigateur RD2D marche et roule respectivement le long d’une route désertique menant à une forteresse isolée – le palais de Jabba le Hutt. Une fois la lourde porte relevée pour les faire entrer, ils sont accueillis par deux orcs.

Star Wars 6: Le retour du Jedi, le film de 1983

Star Wars 6: Le retour du Jedi, le film de 1983

Star Wars 6: Le retour du Jedi, le film de 1983

Star Wars 6: Le retour du Jedi, le film de 1983

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***