Voyage au centre de la Terre, le film de 1959Feu vert cinéma

Ici la page Amazon.fr du DVD français de 2003 ce film.

Journey To The Center Of The Earth (1959)

Sorti aux USA le 16 décembre 1959.
Sorti en France le 11 mai 1960.
Sorti en DVD français le 1er avril 2003.
Sorti en DVD français le 16 février 2005.

Sorti en blu-ray américain le 8 mai 2013 (édition limitée, région A, anglais seulement, master du DVD).
Sortie en blu-ray anglais le 18 septembre 2013 (multirégions, anglais seulement, possiblement identique au blu-ray américain).
Sorti en blu-ray américain le 10 mars 2015 (édition limitée, région A, anglais seulement, apparemment remasterisé).
Sorti en blu-ray anglais le 18 septembre 2017 (Eureka classics, région B, anglais seulement, remastérisé, image et son excellents).

Ici l'article de ce blog sur le blu-ray américain de 2013 (région A édition limité Twilight Time).

Ici l'article de ce blog sur le blu-ray anglais de 2017 (master 4K région B anglais seulement)

Sortie annoncée en blu-ray américain le 10 mars 2015 (édition limitée, région A, anglais seulement, apparemment remasterisé).

De Henry Levin. Avec James Mason, Pat Boone, Arlene Dahl, Diane Baker, Thayer David, Peter Ronson. D'après le roman de Jules Verne.

Le professeur Lindenbruck de l'université d'Edinburgh (James Mason), récemment fait chevalier par la Reine, reçoit en cadeau de ses étudiants un magnifique encrier à cornes de bélier, avec en prime une roche volcanique étonnamment lourde, achetée par le jeune Alec McEwan (Pat Boone) avec ce qui restait de l'argent réuni. Invité par le professeur à dîner, Alec se trouve bien ennuyé car il est trop pauvre pour avoir un costume de soirée en bonne état. C'est la même hésitation qui le retient de courtiser la fille du professeur, la jolie Jenny (Diane Baker). Cependant, son camarade de chambrée lui vole ses vêtements et lui prête son costume. C'est cependant en vain qu'Alec et Jenny attendent Lindenbruck : celui-ci en effet est rester à l'université à expérimenter sur la roche volcanique, bien décidé à découvrir son secret...

Voyage au centre de la Terre (1959) photo

Voyage au centre de la Terre (1959) photo

Voyage au centre de la Terre (1959) photo

Voyage au centre de la Terre (1959) photo

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr, salon Science-fiction.

La quatrième dimension, la série télévisée de 1959 Feu orange télévision

Ici la page Amazon.fr du blu-ray français de la saison 1 de la Quatrième dimension (1959)

The Twilight Zone S01E11: And When The Sky Was Opened (1959)
Traduction du titre original: Et quand le ciel était ouvert.
Autre titre français : Les trois fantômes.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série La quatrième dimension (1959)


Diffusé aux USA le 11 décembre 1959 sur CBS US.
Diffusé en France le 14 août 1965 sur ORTF 1 FR.
Sortie en blu-ray américain de la saison 1 le 14 septembre 2010 (région A seulement).
Sorti en blu-ray français de la saison 1 le 25 octobre 2011 (région B seulement, plus compressé que l'américain, bonus manquants).

De Rod Sterling (également scénariste), d'après une nouvelle de Richard Matheson ; réalisé par Douglas Heyes ; avec Rod Taylor, Jim Hutton, Charles Aidman, Maxine Cooper.

Pour adultes et adolescents.

Son nom est le X-20. Un avion intercepteur expérimental qui vient de s’écraser dans le désert du Mohave après un vol de 31 heures de 900 miles dans l’Espace. Donnée incidente : l’avion et l’équipage qui le pilotait a disparu des radars pendant 24 heures.

Une infirmière salue l’un des trois pilotes, le colonel Clegg Forbes, qui vient rendre visite au major William Gart, immobilisé dans la chambre 15 de l’hôpital. Le major Gart s’impatiente et se déclare prêt à s’enfuir de l’hôpital si on lui met encore un thermomètre. Gart trouve Forbes particulièrement nerveux, mais avant de répondre aux questions du major, il veut en poser lui-même : il veut savoir quand est-ce qu’il a quitté l’hôpital. Il le sait, hier à 9h30 du matin. Ce qu’il veut savoir c’est avec qui il a quitté l’hôpital. Gart répond que Forbes était seul. Alors Forbes lui montre le journal et insiste pour lui faire lire le gros titre : deux astronautes sont de retour après s’être écrasés dans le désert. Alors Forbes demande qui est sur la photo – Forbes et Gart.

Forbes insiste : c’est bien tout ce dont Gart se souvient. Ils ont décollé, quatre heures plus tard, ils perdent conscience, et 24 heures plus tard, ils s’écrasent dans le désert sans savoir ce qui a bien pu leur arriver. Gart confirme. Alors Forbes lui avoue : ils étaient trois bord de l’avion – Forbes, Gart et le colonel Ed Harrington, et Forbes connaissait Harrington depuis 15 ans, et Gart le connaissait depuis 5 ans. Hier, il y avait trois lit dans la chambre.

Mais Gart ne connait personne du nom de Ed Harrington, et affirme qu’ils étaient seulement deux à bord de l’avion, et il n’y a jamais eu que deux lits dans la chambre d’hôpital, celui de Forbes et celui de Gar

***

La Quatrième dimension S01E11: Individus non identifiés (1959)

La Quatrième dimension S01E11: Individus non identifiés (1959)

La Quatrième dimension S01E11: Individus non identifiés (1959)

Image

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

La quatrième dimension, la saison 1 de la série de 1959 Feu orange télévision

Ici la page Amazon.fr du blu-ray français de la saison 1 de la Quatrième dimension (1959)

The Twilight Zone S01E10: Judgement Night (1959)

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série La quatrième dimension (1959)

Diffusé aux USA le 4 décembre 1959 sur CBS US.
Sortie en blu-ray américain de la saison 1 le 14 septembre 2010 (région A seulement).
Sorti en blu-ray français de la saison 1 le 25 octobre 2011 (région B seulement, plus compressé que l'américain, bonus manquants).

De Rod Sterling (également scénariste), réalisé par John Brahm ; avec Nehemiah Persoff, Ben Wright, Patrick Macnee, James Franciscus.

Le nom du bateau est le S.S Reine de Glasgow, battant pavillon britannique ; tonnage : 5000, âge indéterminé, a quitté Liverpool pour New-York. Ce qui est consigné dans le journal de bord, ce sont les faits, comme la durée du voyage, les coordonnées, la météo. Mais ce que l’on ne retrouve jamais, c’est la peur qui roule sur un pont comme le brouillard et l’écume de l’océan. Une peur qui bat comme les pistons d’un moteur, jalonnant toutes les heures en des minutes au soufle court à regarder, attendre et redouter. Car c’est l’année 1942, et ce bateau en particulier a perdu son convoi. Il voyage seul comme une vieille chose âgée et aveugle à s’agripper pour avancer à travers les ténèbres hostiles, épié par les périscopes invisibles des tueurs métalliques. Oui, le Reine de Glasgow est un vaisseau effrayé, qui emporte avec lui une prémonition de mort.

Un homme en imperméable reste longuement accoudé au bastingage tandis que le navire traverse de nuit un ban de brouillard impénétrable. Il soupire et finit par lâcher le bastingage. Une voix lance qu’on voit la lumière du salon, et qu’il faut faire le blackout. Aussitôt, un volet est rabattu sur l’unique hublot éclairé face à l’homme. Puis un stewart sort par la porte sur le côté et annonce à l’homme que le dîner va bientôt être servi, et que s’il veut manger, il vaut mieux venir à l’intérieur. L’homme le remercie et lui obéit.

Dans le salon, il n’y a que quelques passagers assis à la table du dîner – un civil et deux militaires, et la lumière s’éteint quand on ouvre la porte qui donne sur le pont, puis se rallume quand on la referme. Le stewart veut lui tirer la chaise libre autour de la table, mais l’homme préfère aller ramasser la poupée qu’une petite fille a faite tomber par terre. Comme il la rend à la petite fille, celle-ci le remercie. Puis le couple et ses deux enfants s’éloignent, et le gros civil assis à la table se lève pour retenir l’homme, lui demandant s’il était Lanser. L’homme répond que oui. Le gros civil se présente comme étant Jerry Potter et lui dit qu’ils l’avaient attendu pour dîner. Ils avaient vu son nom sur la liste des passagers et se demandaient qui il était. Le capitaine n’avait pas non plus pu les joindre ce soir-là, et le gros homme invite alors Lanser à les rejoindre pour le dessert. Mais l’homme décline l’invitation, déclarant qu’il n’a pas faim. Le stewart propose alors une tasse de café, et Lanser accepte.

***

La Quatrième dimension S01E10: La nuit du Jugement (1959)

La Quatrième dimension S01E10: La nuit du Jugement (1959)

La Quatrième dimension S01E10: La nuit du Jugement (1959)

La Quatrième dimension S01E10: La nuit du Jugement (1959)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

The Magazine of Fantasy and Science-fiction, le numéro de octobre 1959 Feu vert livre / BD

Starship Troopers (1959)
Traduction du titre original: Les astrotroupes
Autre titre : Starship Soldiers (les astro-soldats)

Ici l'article de ce blog sur le film Starship Troopers (1997)

Sorti aux USA de octobre à novembre 1959 dans The Magazine of Fantasy and Science-Fiction.
Sorti aux USA en décembre 1959 chez PUTNAM US (grand format).
Sorti aux USA en novembre 1961 chez SIGNET US (poche).
Sorti en France le 5 novembre 1974 chez J'AI LU (poche, traduction de Michel Demuth)

De Robert A. Heinlein.

Résumé à venir.

The Magazine of Fantasy and Science-fiction, le numéro de novembre 1959   Étoiles, garde à vous !, le roman de 1959

Étoiles, garde à vous !, le roman de 1959  Étoiles, garde à vous !, le roman de 1959 

Étoiles, garde à vous !, le roman de 1959  Étoiles, garde à vous !, le roman de 1959

Étoiles, garde à vous !, le roman de 1959    Étoiles, garde à vous !, le roman de 1959

***

(traduction au plus proche de la version roman)

CH:01

Allez, les singes! Vous vouliez vivre à jamais?

- Sergent de peloton inconnu, 1918.

J'ai toujours la tremblote avant de sauter. J'ai eu les injections, bien sûr, et la préparation hypnotique, et logiquement je ne peux pas réellement avoir peur. Le psychiatre du vaisseau a vérifié mes ondes cérébrales et m'a posé des questions stupides pendant que je dormais, et il m'a dit que ce n'était pas de la peur, ce n'était rien d'important - c'était seulement comme le tremblement d'un cheval de course impatient au portillon de départ.

***

(texte original version roman)

CH:01

Come on, you apes! You wanta live forever?

—Unknown platoon sergeant, 1918

I always get the shakes before a drop. I’ve had the injections, of course, and hypnotic preparation, and it stands to reason that I can’t really be afraid. The ship’s psychiatrist has checked my brain waves and asked me silly questions while I was asleep and he tells me that it isn’t fear, it isn’t anything important—it’s just like the trembling of an eager race horse in the starting gate.

I couldn’t say about that; I’ve never been a race horse. But the fact is: I’m scared silly, every time.

At D-minus-thirty, after we had mustered in the drop room of the Rodger Young, our platoon leader inspected us. He wasn’t our regular platoon leader, because Lieutenant Rasczak had bought it on our last drop; he was really the platoon sergeant, Career Ship’s Sergeant Jelal. Jelly was a Finno-Turk from Iskander around Proxima—a swarthy little man who looked like a clerk, but I’ve seen him tackle two berserk privates so big he had to reach up to grab them, crack their heads together like coconuts, step back out of the way while they fell.

Off duty he wasn’t bad—for a sergeant. You could even call him “Jelly” to his face. Not recruits, of course, but anybody who had made at least one combat drop.

But right now he was on duty. We had all each inspected our combat equipment (look, it’s your own neck—see?), the acting platoon sergeant had gone over us carefully after he mustered us, and now Jelly went over us again, his face mean, his eyes missing nothing. He stopped by the man in front of me, pressed the button on his belt that gave readings on his physicals. “Fall out!”

“But, Sarge, it’s just a cold. The Surgeon said—”

Jelly interrupted. “‘But Sarge!’” he snapped. “The Surgeon ain’t making no drop—and neither are you, with a degree and a half of fever. You think I got time to chat with you, just before a drop? Fall out! ”

***

(traduction de Michel Demuth, 1974)

1

 

En avant, tas de babouins! Vous vous croyez immortels?
Un adjudant anonyme de la Grande Guerre, 1918.

A chaque fois, avant de sauter, j'ai les chocottes. J'ai eu droit à la préparation hypnotique et à toutes les injections et, raisonnablement, on pourrait penser que je ne peux pas avoir peur. Le psychiatre du vaisseau, qui a analysé mes ondes cérébrales et qui m'a posé des tas de questions idiotes pendant que je dormais, m'a dit que ça n'avait rien à voir avec la peur, que c'était un peu comme le tremblement d'un cheval de course dans le starting-gate.

***