Image

Voici la liste des articles de ce blog consacrés aux films de Science-fiction, Fantasy, Fantastique et Aventure annoncé pour l'année 1951. Cette liste sera mise à jour au fur et à mesure de la rédaction des articles.

Ici le calendrier cinéma pour 1952.

Ici le calendrier cinéma pour 1950.

***

Alice au Pays des Merveilles, le film animé de 1951

Annoncés pour décembre 1951

En France

Alice au Pays des Merveilles 1951 (animé, 21 décembre, Alice in Wonderland)

***

Le choc des mondes, le film de 1951

Annoncés pour novembre 1951

Aux USA

Le choc des mondes (22 novembre 1951, When Worlds Collide)

***

Le jour où la Terre s'arrêta, le film de 1951

Annoncés pour septembre 1951

Aux USA

Le jour où la Terre s'arrêta (28 septembre, The Day The Earth Stood Still)

***

Annoncés pour juillet 1951

Aux USA

Alice au Pays des Merveilles 1951 (animé, 26 juillet, Alice in Wonderland)

En Angleterre

Alice au Pays des Merveilles 1951 (animé, 26 juillet, Alice in Wonderland)

***

ImageL'Homme de la planète X, le film de 1951

Annoncés pour avril 1951

Aux USA

La chose d'un autre monde (27 avril 1951, The Thing From Another World)

L'Homme de la planète X (27 avril 1951, The Man From Planet X)

***

 

Le choc des mondes, le film de 1951  Feu vert cinéma

When Worlds Collide (1951)
Traduction du titre original : Quand les mondes entrent en collision

Sorti aux USA le 22 novembre 1951.
Sorti en France le 20 juillet 1952.
Sorti en DVD Belge le 12 septembre 2002.

De Rudolph Maté ; sur un scénario de Sydney Boehm ; d'après le roman de 1933 de Edwin Balmer et Philip Wylie ; avec Richard Derr, Barbara Rush, Peter Hansen, John Hoyt, Larry Keating, Rachel Ames, Stephen Chase, Frank Cady, Hayden Rorke, Sandro Giglio. Produit par George Pal.

Des aiguilles – dans une botte de foin céleste… Il y a plus d’étoiles dans les cieux qu’il y a d’êtres humains sur la Terre. À travers leurs télescopes, les hommes de Science constamment fouillent les recoins infinis de notre système solaire, en quête de nouvelles trouvailles, espérant mieux comprendre les lois de l’Univers… Les observatoires dédiés à l’étude de l’Astronomie sont souvent placés dans des lieux élevés et reculés. Mais il n’y en aucun aussi reculés que l’Observatoire du Mont Kenna dans cette partie de l’Afrique du Sud.

Trois hommes travaillent sous le dôme de l’Observatoire. L’un d’eux, Emery Bronson, portant une barbiche, est assis devant un écran et se redresse : si leurs calculs sont corrects, ils auront fait la découverte la plus effrayante de tous les temps ! Bronson ajoute que les deux corps célestes détectés auront traversé presque un million de miles en deux semaines. Il s’interrompt alors que le bruit des moteurs d’un avion grossit, et les trois scientifiques lèvent la tête vers le plafond.
Stanley, l’astronome à la droite de Bronson demande si c’est Randall, et Bronson répond qu’il l’espère. Puis Bronson ajoute à l’attention du troisième scientifique, Paul, qui porte une blouse blanche, qu’il veut que Randall reparte aussi vite que possible : toutes les plaques photographiques sont prêtes, cataloguées et marquées pour identification. Paul ajoute aux boites jaunes une dernière boite, les plaques photographiques impressionnées de cette nuit. Bronson s’en réjouit : il a dit au professeur Henron qu’il lui ferait parvenir le plus grand nombre de détails à leur disposition. Puis, se levant et s’éloignant de quelque pas, Bronson ajoute à l’attention de Stanley et de Paul, qu’il ne sera pas nécessaire de préciser à Randall ce qu’il emporte. Stanley et Paul se regardent, puis Paul ajoute une note au contenu d’une valisette et Stanley referme la valisette.

De fait, Dave Randall partage son étroit cockpit avec une jolie blonde. Il reçoit l’appel radio de Russ Curtis de l’aéroport de Mont Kenna qui lui annonce que la piste d’atterrissage numéro trois est dégagée, que la visibilité est bonne, et qu’une voiture l’attend pour l’emmener à l’Observatoire. Randall ne prête qu’une attention limitée au message, occupé qu’il est à embrasser sa blonde, et Russ Curtis doit répéter « Over » avant que le pilote daigne lui répondre qu’il a bien reçu le message.

Plus tard, Randall attend sous le dôme près des pupitres quand arrive Stanley par l’escalier de fer menant au télescope. Stanley s’étonne que Randall ait été retenu sur l’aéroport, vu qu’il a atterrit deux heures auparavant. Randall prétend alors qu’il avait à son bord la tante de l’un de ses amis qu’il devait ramener chez elle. Arrive le professeur Bronson, qui rappelle que Randall leur a été chaudement recommandé. Randall s’étonne qu’il ait besoin de recommandation seulement pour livrer un paquet.

Bronson répond par une question : est-ce que Randall a pris avec lui son passeport avec le visa des Etats-Unis. Randall suit Bronson à son bureau et répond que oui – mais insiste : à qui doit-il livrer quoi ? Bronson rétorque que selon les recommandations, il pouvait compter sur le manque de curiosité de Randall. Randall répond, sur un ton plus bas qu’il se fiche de ce que Bronson trafique : il veut juste savoir où il doit se rendre et quand il doit être payé. Bronson baisse aussi le ton et s’excuse – il ne voulait pas se montrer grossier. C’est seulement que le secret est très important au point où ils en sont. Randall devra voler jusqu’à Lisbonne, puis prendre le un vol transatlantique pour New-York. La livraison devra être faite au professeur Hendron de l’Observatoire Cosmos. Et Bonson tend à Randall une enveloppe contenant trois photos noir et blanc du professeur Hendron – de face, et de ses deux profils : Randall doit lui livrer personnellement l’objet – et Bronson insiste, Randall doit s’en souvenir : à remettre au seul professeur Hendron. Puis Bronson sort son portefeuille et en tire des billets pliés qu’il remet à Randall pour ses frais.

Randall compte les billets – et s’étonne : il était supposé gagner 1500 dollars plus les frais ! Bronson répond que Hendron paiera à réception, et ajoute qu’il n’y a que le temps qui compte. L’argent ne compte absolument pas. Randall répond qu’avec lui, l’argent compte toujours. Bronson réplique que c’est peut-être le cas pour l’heure, mais un jour viendra peut-être où l’argent n’aura plus aucune signification pour Randall ou pour qui que ce soit d’autre. Randall répond que quand cela lui arrivera, il sera six pieds sous Terre. Alors Stanley passe une menotte au poignet de Randall et lui souhaite bonne chance. La menotte est reliée à une valisette métallique cerclée de fil de fer cacheté. Randall est soudain inquiet, mais quand Stanley lui remet la clé de la menotte en souriant, Randall est soulagé.

A bord de l’avion qui l’emmène à New-York, l’hôtesse de l’air remet à Randall un radiogramme de plus envoyé depuis le décollage. Randall remercie l’hôtesse, celle-ci insiste sur le fait qu’elle espère que Randall apprécie son voyage, et quand la jolie jeune femme s’en va, Randall se retourne pour admirer le carénage arrière de l’hôtesse de l’air. Puis il ouvre le radiogramme : il provient d’un certain Donovan travaillant pour le New-York Sentinel, un journal, qui lui propose encore plus d’argent qu’au premier radiogramme – 5000 dollars au total pour des révélations exclusives sur le contenu de la « boite noire ». Randall est troublé, hésite, puis chiffonne le radiogramme.

Plus tard, Randall se présente à la douane de New-York, hésitant, sa valisette noire menottée à sa main. Au même moment, Joyce Hendron, la fille du professeur observe l’arrivée des passagers avec un homme moustachu en costume cravate. Joyce pense avoir repéré l’homme qui les intéresse, transportant la « boite noire ». Aussitôt, l’homme moustachu vient trouver David Randall et exige de voir son passeport, réclame à la douane le bagage de Randall et escorte ce dernier jusqu’à Joyce Hendron, qui se présente et lui annonce qu’ils iront directement jusqu’à l’observatoire. Comme ils vont pour quitter les lieux, un journaliste court vers eux en appelant Randall deux fois. Il se présente comme étant Donovan, du Sentinel. Randall lui répond qu’ils se verront une autre fois, mais Donovan insiste : ils ont augmenté leur offre – 7500 dollars. Et Donovan présente un chèque à l’ordre de Randall, qui répond « non merci » : il travaille sur une meilleure offre. Et s’en va au bras de Joyce Hendron, tout sourire.

Dans le taxi, Joyce déclare qu’elle n’arrive pas à imaginer comment le Sentinel a eu vent de la mission de Randall, cependant elle comprend qu’il soit difficile de garder le secret avec les journaux. Elle ajoute qu’elle est heureuse que Randall ait refusé leur offre – car il se rend bien sûr compte de ce que cela voudrait dire si le public disposait de cette information prématurément. Randall répond que bien sûr, il comprend cela très bien… Encouragée, Joyce reprend qu’ils ont tous priés pour que le professeur Bronson se trompe, pour que les photographies en question démontrent qu’il y a une erreur dans ses calculs. Puis elle demande à Randall s’il n’aurait pas préféré ne pas savoir. Alarmé, Randall répond que non, c’est mieux de savoir. Joyce répond qu’elle aurait aimé avoir son courage, mais elle est épouvantée. Aussi épouvantée que tous ces gens le seraient s’ils savaient. Et devant Dave Randall cramoisi, elle ajoute, les yeux baissées, qu’elle n’a pas le courage de faire face à la fin du monde.

Le choc des mondes, le film de 1951

Le choc des mondes, le film de 1951

Le choc des mondes, le film de 1951

Le choc des mondes, le film de 1951

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Le jour où la Terre s'arrêta, le film de 1951Feu vert cinéma

Ici la page Amazon.fr du blu-ray français du Jour où la Terre s'arrêta (1951)

The Day The Earth Stood Still (1951)

Sorti aux USA le 28 septembre 1951.
Sorti en France le 18 septembre 1952.
Sorti en blu-ray américain le 2 décembre 2008.
Sorti en blu-ray français le 11 décembre 2008.

De Robert Wise. Michael Rennie, Patricia Neal, Hugh Marlowe, Sam Jaffe, Billy Gray, Frances Bavier. D'après la nouvelle de Harry Bates "Farewell to the Master" (1940).

Un objet extraterrestre a été repéré en approche de la Terre et il ne s'agit pas d'une simple histoire de soucoupe volante : l'objet non identifié survole désormais l'Amérique du Nord, descend sur Washington, et devant les promeneurs médusés, puis paniqués, une véritable soucoupe volante atterit en plein milieu du Parc. Les forces de la police et de l'armée convergent vers le site d'atterrissage, toutes les émissions de télévision et de radio sont interrompues. Les autorités sont rassurantes : les rumeurs de force d'invasion sont fausses, il n'y a qu'un vaisseau spatial, et aucun signe de vie de sa part, tandis qu'un cordon militaire et policier l'isole du public accouru en masse.

Au moment même où le présentateur annonce qu'il ne se passe rien, une porte apparait dans la soucoupe, ainsi qu'une rampe, et une silhouette humanoïde en sort. L'être affirme qu'il vient en paix, puis sort un engin de sa combinaison, qui s'ouvre comme une fleur. Un soldat tire et l'extraterrestre s'effondre, tandis que son engin s'est brisé à terre. Alors un autre être sort de la soucoupe, d'allure plus agressive. De sa visière jaillit un rayon éblouissant, qui désintègre les armes et liquifient les tanks et les canons autour de lui. L'extraterrestre se relève et explique que l'engin n'était qu'un cadeau pour le président. Puis l'armée l'emmène à l'hôpital où le secrétaire du président vient trouver l'extraterrestre, qui dit s'appeler Klaatu et se trouve avoir une apparence humaine. Kaatu explique qu'il est venu délivrer un message à toute la population humaine, et souhaite rencontrer tous les représentants des nations humaines.

Le secrétaire répond que la situation actuelle du monde ne le permet pas, et tente de le convaincre qu'une faction est plus maléfique qu'une autre, mais l'extraterrestre n'est pas intéressé : il veut parler à tous, simultanément. Comme le secrétaire pense que Klaatu ne veut pas comprendre la situation, celui-ci répond qu'il ne souhaite pas faire de menace, mais que le futur de la planète est en jeu.

Le jour où la Terre s'arrêta (1951)

***

Donnez votre avis sur ce film en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr.

***

 

Le jour des Triffides, le roman de 1951  Feu vert livre / BD

The Day of the Triffids (1951)
Autres titres : La révolte des Triffides, Les Triffides.

Adapté au cinéma dans La Révolte des Triffides (1963, The Day of the Triffids)
Adapté en mini-série télévisée de 10 épisodes dans The Day of the Triffids (1981)
Adapté en téléfilm (deux parties) dans Le jour des Triffids (2009, The Day of The Triffids).

Sorti en Angleterre en août 1951 chez MICHAEL JOSEPH UK (grand format)
Sorti aux USA en décembre 1951 chez DOUBLE DAY US (grand format)
Sorti en France en 1956 chez FLEUVE NOIR ANTICIPATION FR (poche, traduction de Michel Duino)
Sorti en France le 14 novembre 1974 chez OPTA FR (grand format, traduction de Marcel Battin, couverture de Moebius)

De John Wyndham.

Résumé à venir.

Le jour des Triffides, le roman de 1951  Le jour des Triffides, le roman de 1951

Le jour des Triffides, le roman de 1951  Le jour des Triffides, le roman de 1951

Le jour des Triffides, le roman de 1951    

Le jour des Triffides, le roman de 1951   Le jour des Triffides, le roman de 1951

***

(traduction au plus proche)

I

LA FIN COMMENCE

Quand un jour que vous savez être un mercredi commence en sonnant comme un dimanche, il y a quelque qui cloche sérieusement quelque part.

Je l'ai senti dès l'instant où je m'éveillai. Et malgré cela, quand je commençai à fonctionner plus clairement, j'en doutais. Après tout, le plus probable était que je me trompais - et pas le reste du monde - bien que je ne voyais pas alors comment cela aurait été possible. Du coup, j'attendais, aiguillonné par le doute. Mais soudain j'eus mon premier début de preuve objective - une horloge lointaine qui sonnait ce qui semblaient être huit heures. J'écoutais avec extrême attention et soupçon. De suite une autre horloge commença à sonner, clairement, décisivement. Nonchalamment, elle indiqua huit heures, irréfutablement. Alors je sus que les choses avaient mal tourné.

La manière dont j'en vins à rater la fin du monde - ou, en tout cas, la fin du monde que j'avais connu depuis bientôt trente ans - fut un pur hasard: comme dans beaucoup de cas de survie, quand vous y réfléchissez un peu. Par la nature des choses, il y avait toujours beaucoup de gens quelconques dans un hôpital, et la loi des moyennes m'avait choisi pour être l'un d'entre eux plus ou moins une semaine auparavant...

***

(texte original)

I

THE END BEGINS

When a day that you happen to know is Wednesday starts off by sounding like Sunday, there is something seriously wrong somewhere.

I felt that from the moment I woke. And yet, when I started functioning a little more sharply, I misgave. After all, the odds were that it was I who was wrong, and not everyone else - though I did not see how that could be. I went on waiting, tinged with doubt. But presently I had my first bit of objective evidence - a distant clock struck what sounded like eight. I listened hard and suspiciously. Soon another clock began, on a loud, decisive note. In a leisurely fashion it gave an indisputable eight. Then I knew things were awry.

The way I came to miss the end of the world - well, the end of the world I had known for close on thirty years - was sheer accident: like a lot of survival, when you come to think of it. In the nature of things a good many somebodies are always in hospital, and the law of averages had picked on me to be one of them a week or so before...

***