The Orville, la série télévisée de 2017 Feu vert télévision

The Orville S01E06: Krill (2017)

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série télévisée The Orville (2017)

Annoncé aux USA pour le 12 octobre 2017 sur FOX US.

De Seth MacFarlane (également acteur) ; Seth MacFarlane, Chad L. Coleman, Scott Grimes, Mark Jackson, Penny Johnson Jerald, J. Lee, Peter Macon, Adrianne Palicki, Halston Sage.

Le mess de le l’USS Orville. Le pilote lieutenant Gordon Malloy rejoint à table le navigateur John LaMarr, l’officier scientifique Isaac, le second officier Lieutenant-Commander Bortus, et la chef de sécurité lieutenant Alara Kitan. En posant son plateau-repas, Malloy déclare que, comme tout le monde, il veut tout savoir sur comment Alara a rompu avec son compagnon du moment.

Alara commence : il n’y a rien de juteux à raconter – elle lui a seulement dit que s’il n’était définitivement pas à l’aise quant à leurs différences, il n’y avait aucun intérêt à faire traîner les choses. LaMarr intervient : et par « différences », Alara faisait allusion au fait qu’elle pouvait faire sa musculation en soulevant son compagnon d’un seul bras.

Alara conclue : apparemment, avoir une petite amie qui a dix fois sa force donne aux hommes l’impression d’être émasculés. LaMarr répond qu’Alara n’a alors plus qu’à sortir avec Isaac l’androïde, qui est à leur table. Isaac se déclare immédiatement fasciné par le comportement interpersonnel des organismes biologiques : il serait heureux de s’essayer aux relations sexuelles avec la lieutenant Alara.

Alara prend une longue inspiration – pour se déclarer quelque part en travail sur elle-même en ce moment – mais, en toussotant, elle remercie Isaac. Alors le Lieutenant-Commander Bortus change le sujet de la conversation en demandant à Malloy ce qu’il y a dans son assiettes. Malloy s’étonne : Bortus n’a jamais vu de sushi ? Malloy précise qu’il s’agit d’un plat régional de la Terre – du poisson cru ; est-ce que Bortus veut essayer ?

Bortus attrape dans l’assiette de Malloy l’espèce de pâte verte qui était posée à côté des tranches de poisson cru sur lit de riz – et avale la boule de pâte entière, tandis que Malloy, LaMarr et Alara se mettent à crier en même temps de ne pas le faire : c’est du Wasabi. Mais Bortus mâche et avale sans problème la pâte terriblement épicée, et LaMarr s’émerveille tandis que Malloy s’inquiète : est-ce que Bortus va bien ? Bortus répond impassible qu’il ne ressent aucun inconfort.

Alara s’étonne : comment est-ce possible ? Si elle n’avalait que la moitié de cette quantité, elle se mettrait à vomir en pleurant ! Bortus répond simplement que le système digestif d’un Moclan est remarquablement résilient : à cause du climat rude de leur planète, son espèce a évolué de manière à pouvoir tirer des nutriments d’un très large éventail de matières biologiques et minérales.

Malloy réalise : Bortus peut manger n’importe quoi ? Bortus confirme : il peut manger beaucoup de choses. Aussitôt, LaMarr propose à Bortus de manger sa serviette. Bortus prend la serviette et après l’avoir reniflée, mord dedans et avale. Malloy se lève en demandant aux autres de ne pas bouger : il va au mur voisin des réplicateurs composer rapidement un code sur le clavier tactile et demande un cactus. Sur le plateau lumineux, un cylindre de lumière monte et redescend en laissant à place un petit pot avec un cactus miniature dedans.

Malloy rapporte le petit cactus miniature et le tend à Bortus : est-ce qu’il peut manger cela ? Alara s’indigne : Bortus va se faire mal ! Mais Bortus attrape le petit pot, hume le cactus, et mord dedans. LaMarr et Malloy éclatent de rire : pas possible ! Alara tend alors à Bortus son verre vide : peut-il aussi le manger ? Bortus hume et mord. Comme LaMarr assure que c’est marrant, que ça va devenir un nouveau passe-temps, Malloy veut aller chercher un sac de clous...

Ils sont interrompu par l’appel de leur Commandante dans l’interphone : tous les officiers supérieurs doivent se rendre sur la passerelle car ils sont en train de recevoir un appel au secours. Tout le monde se lève et s’en va, tandis que Malloy l’assure, ils reprendront leurs expériences.

Plus tard sur le pont, le capitaine Mercer demande combien de temps encore ils mettront pour arriver à la colonie en détresse. Malloy annonce : deux minutes. La Commandante Kelly Grayson s’étonne : toujours aucun autre vaisseau de l’Union dans le secteur ? Bortus répond que non. Isaac annonce alors qu’ils sont à portée de scanneur (balayage radar) : un croiseur Krill détecté.

Sur l’écran frontal de la passerelle s’inscrit un globe bleuté rappelant celui de la terre, sur fond noir semé d’étoiles... Assise à son pupitre, Alara se tourne vers le reste des officiers pour faire remarquer que la colonie Kastra 4 a plutôt des défenses planétaires faibles. Le capitaine Mercer répond qu’il s’agit d’une toute nouvelle colonie, puis s’agace : c’est la troisième attaque Krill en un mois.

Isaac annonce ensuite qu’il a un contact visuel – et sur l’écran frontal s’affiche l’horizon orbital de Kastra 4 tandis que le croiseur Krill décharge des boules de plasma vertes depuis la basse orbite en direction de la surface planétaire... LaMarr s’exclame que la colonie se prend vraiment une raclée. Kelly Grayson s’inquiète : il y a des familles sous le bombardement. Ed Mercer répond qu’il le sait.

Alors Malloy remarque qu’il y a probablement aussi beaucoup de célibataires là-dessous ? Bortus précise que les capacités offensives du vaisseau Krill sont significativement supérieures à celles de l’USS Orville. Le capitaine demande alors à Alara d’ouvrir une fréquence d’appel, puis commence : « Attention, Vaisseau Krill... »

Alara interrompt son capitaine et se retourne : elle n’a pas encore ouvert la fréquence d’appel. Ed Mercer s’excuse. Alara revient à sa console et entre quelques chiffres, puis annonce que c’est bon, le capitaine est à l’antenne. Ed demande confirmation, et Alara confirme. Ed répète donc : « Attention, Vaisseau Krill – l’USS Orville vous parle : cessez le feu immédiatement ou nous ouvrirons le feu en réponse. »

Dédaigneuse, Kelly fait remarquer ; dans toute l’histoire des guerres spatiales, quand est-ce que ce genre de phrases a jamais été efficace ? Bortus annonce que les Krills ont cessé le feu contre la planète. Étonnée, Kelly répond qu’elle faisait donc erreur. Sur l’écran, le croiseur Krill pivote complètement pour faire face à l’USS Orville.

Alors le capitaine Ed Mercer répond à son ex-épouse qu’en fait, il pense que sa phrase n’a pas été si efficace, et le vaisseau Krill, qui fait peut-être cent fois la taille de l’Orville, tient désormais en jour le petit astronef d’exploration de l’Union – à bout portant.

The Orville S01E06: Krill (2017)

The Orville S01E06: Krill (2017)

The Orville S01E06: Krill (2017)

The Orville S01E06: Krill (2017)

The Orville S01E06: Krill (2017)

The Orville S01E06: Krill (2017)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

The Flash, la saison 4 de 2017 de la série télévisée de 2014  Feu orange télévision

The Flash S04E01: The Flash Reborn (2017)
Traduction du titre original : L'éclair : l'éclair né à nouveau.

Épisode précédent <> Épisode suivant.

Ici l'article de ce blog sur la série The Flash (2014).

A ne pas confondre avec la série des années 1990.

Diffusé aux USA le 10 octobre 2017 sur CW US.

De Greg Berlanti (également scénariste), d'après la bande dessinée de Gardner Fox et Harry Lampert ; avec Grant Gustin, Candice Patton, Danielle Panabaker, Carlos Valdes, Tom Cavanagh, Jesse L. Martin.

Pour adultes et adolescents

Résumé à venir.

The Flash S04E01: Renaissance (2017)

The Flash S04E01: Renaissance (2017)

The Flash S04E01: Renaissance (2017)

The Flash S04E01: Renaissance (2017)

The Flash S04E01: Renaissance (2017)

The Flash S04E01: Renaissance (2017)

***

Donnez votre avis sur cet épisode en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Image Feu vert blu-ray / DVD

Journey To The West 2: The Demons Strike Back (2017)

Le blu-ray américain sorti le 6 juin 2017 (région A ?)

Ici l'article de ce blog sur le film Journey to the West 2: The Demon Chapter (2017)

Le film : la suite de Journey To The West: Conquering The Demons (2013) la comédie épique de Fantasy asiatique selon Stephen Chow d'après la légende du Roi-Singe. Stephen Chow et Tsui Hark se font avec les moyens d'aujourd'hui les héritiers des saltimbanques chinois. Le résultat est dantesque dès les premières scènes - délirant visuellement, étourdissant du point de vue de l'histoire, je comprends que le public occidental ait du mal à suivre mais en ce qui me concerne, c'est l'éblouissement permanent et une justesse historique même dans la bouffonnerie outrée. Il est dommage que les acteurs principaux aient en partie changé, bien que logique vu le changement de caractère, mais le merveilleux de la fantasy chinoise demeure ébouriffant et me laisse un sourire scotché à chaque scène.

L'image : 1080p 1.85:1 - Excellente. Il se passe énormément de choses à l'écran et les détails fins HD sont constants, la profondeur de champ HD remarquable, aucun artefact de mouvement, c'est superbe d'un bout à l'autre.

Le son : Mandarin (PRC) DTS-HD MA 5.1 sous-titré anglais, chinois simplifié, français, indonésien, malais, thaï ; doublage anglais et thaï DD 5.1 - Excellent. Immersion totale avec les dialogues répartis dans l'espace y compris à l'arrière quand le personnage est censé être derrière la caméra: trop rare pour ne pas être souligné. Le mixage est aussi généreux que l'image, même s'il n'est pas évident de localiser les instruments de l'orchestre dans le maelstrom des effets sonores. Aucun problème à suivre les dialogues même si je ne parle pas le cantonais - encore une fois, les voix sont parfaitement spatialisées.

En conclusion : s'il y a quelqu'un aujourd'hui qui maîtrise la comédie de fantasy au cinéma, c'est bien Stephen Chow. Même s'il s'agit d'un genre différent de la High Fantasy de Tolkien, le plaisir à s'immerger dans l'épopée selon Stephen Chow est très supérieur aux récents opus lourdingues de Peter Jackson (The Hobbit), et se compare facilement au meilleur de la fantasy urbaine de Guillermo Del Toro (les Hellboys à ce jour). La présentation HD est impeccable, voire formidable, quand je repense à toutes ces présentations limites approximatives en blu-ray européen hors Sony de tant de blockbusters récents, mais s'explique par le niveau de qualité d'édition de Sony. Un grand merci à l'éditeur, au distributeur et bien sûr au studio et à la production.

***

Donnez votre avis sur ce blu-ray en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***

Image Feu vert blu-ray / DVD

Horizons perdus (1937), le blu-ray américain de 2017 (80ème anniversaire)

Sorti aux USA le 3 octobre 2017 (Multi-régions).

Ici l'article de ce blog sur le film Horizons perdus (1937, Lost Horizon).

Sur le film : excellent récit de monde perdu et d'utopie à la veille de la seconde guerre mondiale adapté du roman du même nom, Horizons perdus est un film culte qui résonne encore fortement à travers l'imaginaire.
Comme plusieurs autres films cultes, le film a connu un premier montage commercialement trop long, puis une fois réduit, a été en partie perdu suite à de nouvelles coupures.
Si ce nouveau transfert présente une version "encore plus longue" d'une minute, il manque toujours six minutes au film par rapport à la bande son de la première version cinéma commerciale.

Sur l'image : 1080p 4:3 original noir et blanc, bonne à très bonne. La qualité varie selon la source des plans remontés : définition standard un peu gommée pour le pire, mais acceptable - mais pour une majorité de plans, les détails fins HD y sont - des textures des vêtements aux cils dans les plans rapprochés, avec cependant des textures de peau souvent difficiles à distinguer.

Sur le son : DTS HD MA Mono, bon - anglais original, français, allemand, italien, espagnol - nombreux sous-titres supplémentaires). Pas d'immersion et central, mais confortable malgré le réalisme limité.

Sur les bonus : pas encore visionnés. Le coffret blu-ray est en fait un livre de 30 pages A5 d'impression soignée à la reliure solide avec la fixation d'un étui ordinaire collé sur la quatrième de couverture, ce qui est une bonne solution (pas d'effet siège éjectable à l'ouverture).

En conclusion : La première impression est splendide. Par rapport au DVD, une majorité de plans sont cristallins - et au point où j'en suis de la projection, les plans rétablis confus sont encore plus lisibles que sur le DVD. La qualité de l'expérience du film est donc démultipliées et les promesses du transfert HD sont tenues.

***

Donnez votre avis sur ce blu-ray en nous rejoignant sur le forum Philippe-Ebly.fr

***